Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'épilogue de la troisième saison de formule E sera écrit ce week-end dans les rues de Montréal. Deux courses y seront courues, samedi et dimanche, chaque fois à 22h00 (heure suisse).

Qui dit formule E dit évidemment Sébastien Buemi. Le pilote vaudois, champion en titre, est le mieux placé pour décrocher une nouvelle couronne au terme du double rendez-vous québécois. Vainqueur de six e-Prix en huit courses disputées, Buemi (Renault e.dams) ne compte pourtant que dix points d'avance sur Lucas di Grassi (Abt Schäffler Audi).

La faute à une regrettable collision de dates qui a forcé le Suisse à zapper les deux épreuves organisées à New York à mi-juillet, en raison des Six Heures du Nürburgring en championnat du monde d'endurance. Le contrat de Buemi avec Toyota en WEC prévoyait en effet que l'endurance aurait la priorité sur ses autres engagements.

Même en n'étant pas au départ à New York, le Vaudois a conservé la tête du championnat, car son rival brésilien n'a pas pleinement profité de la situation, en finissant 4e et 5e. La casse a donc été limitée pour le pilote suisse, qui reste le mieux placé pour la victoire finale. Mais sa marge a été réduite.

Un maximum de 58 points sera en jeu à Montréal: une victoire en donne 25, la pole position 3 et le meilleur tour 1. L'avance de Buemi ne le met donc pas à l'abri d'une mauvaise surprise, et il ne pourra pas se contenter d'assurer.

Seul Lucas di Grassi semble en mesure de lui contester le titre. Felix Rosenqvist (Mahindra) et Sam Bird (Virgin Racing), qui comptent respectivement 53 et 57 longueurs de retard sur Buemi, ne restent en course que théoriquement. Il faudrait un incroyable concours de circonstances pour que l'un d'entre eux parvienne à terminer avec plus de points que Buemi ou di Grassi.

Montréal accueille les monoplaces électriques pour la première fois. Lors des deux saisons précédentes, le championnat s'était conclu par deux courses à Londres, au Battersea Park. Les Québécois ont tracé un circuit de 2,75 km, riche de 14 virages (5 à gauche, 9 à droite) et avec une piste assez large, ce qui devrait favoriser les dépassements.

ATS