Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La potentielle levée de l'embargo américain sur Cuba donne des idées à Oettinger Davidoff. Le fabricant de cigares bâlois envisage de revenir dans le pays des Caraïbes qu'il avait quitté en 1989.

"Nous sommes en contacts réguliers avec La Havane qui se montre intéressée par l'idée que Davidoff y retourne", a indiqué mardi le directeur général de la firme, Hans-Kristian Hoejsgaard, dans une interview consacrée au 24 Heures et à la Tribune de Genève.

Les cigares de la marque Davidoff proviennent de la République dominicaine et, depuis 2013, du Nicaragua. Mais le responsable de l'entreprise n'exclut pas d'en élaborer dans le pays du Che, à condition de contrôler toute la chaîne de production.

Marché américain important

Le groupe réalise 48% de ses affaires dans le marché américain. Cette part pourrait croître avec des cigares cubains, même si son goût intense plaît plus aux Européens qu'aux habitants du pays de l'Oncle Sam, souligne Hans-Kristian Hoejsgaard.

Le cigarettier avait quitté Cuba, en 1989, pour des problèmes de qualité. "Pour le montrer, la société avait alors brûlé 300'000 cigares de La Havane sur la Marktplatz de Bâle", explique le directeur général. Davidoff demeurait la plus grande marque de cigares cubains dans les années 70 et 80.

ATS