Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Ski alpin - Le slalom d'Ofterschwang (All) s'est achevé sur une sensation. Habituellement ultra-dominée par Marlies Schild et quelques rares cadors, la discipline a souri dimanche à la Canadienne Erin Mielzynski.
Partie avec le dossard 24, la skieuse de l'Ontario avait déjà réussi l'exploit de se placer aux avant-postes en première manche (5e). Loin de se démonter, elle s'est encore améliorée lors de son second passage pour fêter à 21 ans sa première victoire en Coupe du monde. Ancienne vice-championne du monde juniors de ski nautique (!), Mielzynski n'avait encore jamais fait mieux que 13e sur le circuit.
Preuve que ce slalom n'a répondu à aucune logique, la deuxième place est occupée par Resi Stiegler (dossard 35). Longtemps blessée, l'Américaine de 26 ans a parachevé son come-back en montant sur le premier podium de sa carrière.
Marlies Schild a, elle, dû se contenter de la 3e place. Victorieuse six fois cet hiver et une fois éliminée, l'Autrichienne n'avait plus été battue à la régulière depuis mars dernier. Pour une fois débarrassée de la Salzbourgeoise, Tina Maze n'a pas su en profiter. Meilleur chrono de la première manche, la Slovène a été éliminée sur le second tracé.
Côté suisse, cette fin de saison relève du pensum, voire même du cauchemar. Lors du slalom dominical, Wendy Holdener a été éliminée dès la manche matinale. La Schwytzoise était la seule Suissesse engagée, après la blessure de la no 1 helvétique en slalom Denise Feierabend.
Samedi en géant, Lara Gut était également la seule Suissesse en lice. Avec un seul bâton durant une bonne partie de la manche initiale, la Tessinoise est parvenue à limiter les dégâts avec un 13e rang final.
Larguée en technique depuis des années, l'équipe de Suisse a encore une fois touché le fond ce week-end. Pour une nation de ski alpin, il est pathétique de ne pouvoir aligner qu'une fille par course. Certes, les troupes de Mauro Pini sont décimées par les blessures. Reste que l'absence d'une relève en technique se fait toujours aussi cruellement sentir.
Remercié en 2010 par Swiss-Ski pour ne pas avoir réussi à bâtir une équipe technique, le coach vaudois Hugues Ansermoz peut boire du petit lait. Désormais à la tête des Canadiennes, il a triomphé dimanche avec le succès d'Erin Mielzynski, mais aussi avec la 5e place de Marie-Michèle Gagnon.

ATS