Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Olivier Jornot succèdera à Daniel Zappelli au poste de procureur général genevois. L'avocat et député PLR a été élu de justesse avec 49 voix jeudi soir par le Grand Conseil. Le PDC Christian Coquoz a obtenu 39 voix et l'UDC Pierre Schifferli 9 voix.

Il a suffi d'un tour aux 99 députés présents pour départager les trois candidats. Avec 97 bulletin valables, il fallait 49 suffrages pour obtenir la majorité absolue. Outre les voix des 31 députés de son parti, Olivier Jornot, 42 ans, a reçu celles des 17 députés du MCG ainsi qu'une ou deux voix dissidentes. L'élection a eu lieu à bulletin secret.

"Rassembler et convaincre"

En élisant un candidat extérieur au Palais de justice, le parlement a privilégié le renouveau. Pour le MCG, qui a annoncé voter comme un seul homme, M. Jornot apparaît aussi comme plus à même de durcir la politique criminelle à Genève. Or le libéral-radical, qui abandonne immédiatement son mandat de député, estime que le Ministère public doit avoir la priorité en termes budgétaires.

Avocat depuis quinze ans, Olivier Jornot est considéré comme immédiatement opérationnel. "Il saura rassembler et convaincre au sein du Ministère public mais aussi restaurer le lien de confiance entre le Pouvoir judiciaire, les autres pouvoirs et la population", a plaidé en début de séance la députée libérale-radicale Nathalie Fontanet.

Rendez-vous en 2014

En face, le PDC, les Verts et le PS ont soutenu le démocrate-chrétien Christian Coquoz, 51 ans. Ce juge à la Cour de justice était considéré comme ayant davantage d'indépendance par rapport au pouvoir politique. Il avait la faveur du Palais de justice.

Tout en appuyant ce candidat, le PS a donné rendez-vous à la population en 2014, annonçant d'ores et déjà la candidature d'un socialiste au poste de procureur général. Jugeant qu'il avait peu de chances d'être élu lors de cette élection, il a renoncé à présenter Yves Bertossa, fils de l'ex-procureur général Bernard Bertossa.

ATS