Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'accord douanier conclu en décembre 2013 lors de la ministérielle de l'OMC à Bali aura d'énormes répercussions positives, selon un rapport publié lundi à Genève. Seuls 50 des 161 membres l'ont toutefois ratifié à ce jour, loin des deux tiers nécessaires.

Dans sa première estimation chiffrée sur les conséquences commerciales de cet accord, l'Organisation mondiale du commerce (OMC) avance un chiffre entre 750 et 1000 milliards de dollars d'exportations supplémentaires dans le monde.

L'"accord sur la facilitation des échanges" a été signé en décembre 2013 et sa ratification a commencé en novembre 2014. Pour qu'il entre en vigueur, il faut qu'il soit ratifié par deux tiers des 161 Etats membres de l'OMC.

Jusqu'à 1300 milliards évoqués

A l'horizon 2015-2030, cet accord pourrait ajouter 2,7 points de pourcentage par an à la croissance mondiale des exportations et même plus de 0,5 point de pourcentage à la croissance mondiale. Et l'OMC ajoute par ailleurs que d'autres modèles d'évaluation économique tablent sur une hausse des exportations mondiales entre 1100 et 1300 milliards de dollars par an.

Jusqu'à présent, les seules indications connues étaient celles d'un institut de recherches économiques de Washington. Il avait estimé que l'accord pourrait à terme redynamiser le commerce mondial à hauteur de 1000 milliards de dollars et de quelque 21 millions d'emplois, dont 18 millions dans les pays en développement.

L'OMC a estimé lundi que les pays en développement bénéficieront le plus de cet accord douanier. "Les pays africains et les pays les moins développés devraient enregistrer les plus importantes baisses des coûts commerciaux" et par conséquent profiter le plus de cet accord, ont souligné les experts de l'OMC.

PME ciblées par l'accord

En moyenne mondiale, les coûts des échanges commerciaux devraient baisser de 14,3%, lorsque l'accord sera complètement mis en oeuvre. L'accord douanier devrait notamment permettre aux pays les moins avancés de diversifier leurs exportations, notamment grâce à leurs PME.

"Les pays en développement et les pays les moins avancés qui mettent en oeuvre cet accord devraient attirer plus d'investisseurs étrangers, car la corruption devrait baisser", souligne aussi le rapport.

Au total, cet accord douanier concerne trois secteurs: l'agriculture (avec un engagement à réduire les subventions aux exportations), l'aide au développement (prévoyant une exemption accrue des droits de douane aux produits venant des pays les moins avancés) et la "facilitation des échanges", qui ambitionne de réduire la bureaucratie aux frontières.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS