Navigation

ONU: double veto russo-chinois à une résolution contre la Syrie

Ce contenu a été publié le 19 juillet 2012 - 17:05
(Keystone-ATS)

La Russie et la Chine ont opposé leur veto jeudi au Conseil de sécurité de l'ONU à une résolution occidentale menaçant le régime syrien de sanctions. Sur 15 pays membres, la résolution a recueilli 11 voix pour, 2 contre et 2 abstentions.

Il s'agit du troisième double veto russo-chinois aux tentatives de l'ONU pour faire pression sur Damas depuis le début du conflit il y a 16 mois. Les deux premiers datent d'octobre 2011 et de février 2012.

"Le Royaume-Uni est consterné par le veto de la Russie et de la Chine", a déclaré l'ambassadeur britannique Mark Lyall Grant, accusant les deux pays de "mettre leurs intérêts nationaux avant la vie de millions de Syriens".

Nouveau chef de la Défense

D'autre part en Syrie, le nouveau ministre syrien de la Défense, le général Fahad Djassim al Freij, ancien chef d'état-major des forces armées, a prêté serment jeudi en présence du président Bachar al-Assad. L'information a été rapportée par la télévision syrienne.

Il succède à Dawoud Rajha, tué la veille, tout comme deux autres hauts responsables du gouvernement et de l'armée, dans un attentat suicide à Damas. La télévision syrienne n'a pas montré d'images de la cérémonie d'investiture et n'a pas dit non plus où elle s'était tenue.

Jeudi matin, des sources proches de l'opposition syrienne et un diplomate occidental ont déclaré que le président Bachar al-Assad se trouvait à Lattaquié, sur la côte méditerranéenne de la Syrie, d'où il coordonnerait la riposte à l'attentat de la veille.

Damas sous tension

Sur le terrain, des affrontements ont éclaté jeudi matin près du siège du gouvernement à Damas à la suite d'une attaque rebelle contre les forces régulières de Bachar al-Assad, ont rapporté des insurgés et des habitants. Ils ont fait au moins un mort.

Ces accrochages ont eu lieu dans le quartier d'Ikhlas qui jouxte le vaste complexe où siège le Conseil des ministres, précise la même source.

Aux premières heures de la journée de jeudi, des habitants de Damas faisaient état d'une poursuite des affrontements entre les forces du régime et les insurgés.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.