Les présidents des dix comités d'experts indépendants chargés d'évaluer à l'ONU la conformité des Etats avec les droits de l'homme sont inquiets de la situation financière. Ils ont dit vendredi à Genève avoir envoyé une lettre au secrétaire général Antonio Guterres.

Ils ont reçu le 30 avril des indications de la Haute commissaire aux droits de l'homme Michelle Bachelet selon lesquelles des réunions de six de ces comités seraient "très probablement" annulées. Devant la presse, le président du comité contre la torture Jens Modvig a dénoncé une situation "sans précédent" pour un système contraignant comme les Conventions auxquelles les Etats sont partie.

Des évaluations d'Etats mais aussi la prise en charge de plaintes d'individus pour des violations graves des droits de l'homme comme la torture ou les exécutions extrajudiciaires ne pourront être menées comme prévu. Selon les chefs, ces annulations auront "de nombreuses conséquences" et affecteront le système de protection des droits de l'homme établi par les Etats eux-mêmes.

Ils ont demandé à M. Guterres mais aussi à Mme Bachelet, dont le bureau soutient les travaux des comités, de trouver des solutions à cette situation. M. Modvig n'a pu dire quel est le montant qui manque pour ces mécanismes.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.