Toute l'actu en bref

Chaque année, 200 jeunes de toute la Suisse investissent la salle du Conseil national pour la Session fédérale des jeunes (archives).

KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE

(sda-ats)

Seul un jeune Suisse de moins de 25 ans sur trois exerce son droit de vote. Ils sont en revanche bien plus nombreux à s'intéresser à la politique, pour peu qu'elle soit concrète, à en croire un sondage mandaté par la Fédération des parlements de jeunes.

Pour les encourager, la Fédération des parlements de jeunes (FSPJ) a lancé la campagne "Change la Suisse", qui incite les jeunes de 14 à 25 ans à proposer des idées ou faire des demandes concrètes sur le site web engage.ch. L'action prend fin le 25 mars prochain.

Onze de ces propositions seront ensuite introduites dans le processus politique par onze jeunes conseillers nationaux et aux Etats, écrit vendredi la FSPJ dans un communiqué. Le site a déjà enregistré plus de 830 souhaits.

Si les jeunes préfèrent des projets concrets à la politique en général, c'est notamment à cause d'une certaine méfiance vis-à-vis du processus politique et de son efficacité, constate la FSPJ dans son sondage confié à l'institut gfs.bern. Et cette méfiance se fonde en partie sur la complexité du langage politique, un des obstacles les plus importants.

L'importance de la formation

Il apparaît ainsi que moins d'un cinquième des jeunes sondés pourrait s'imaginer rejoindre un parti politique ou un parlement des jeunes. Mais les mêmes souhaitent participer davantage à tous les niveaux fédéraux. Un tableau ambivalent qui illustre bien le doute dans lequel se trouve une majorité de jeunes.

Pour franchir ce cap, la FSPJ se réjouit de constater que près de 70% des sondés estiment aujourd'hui que la formation politique est très ou plutôt importante. C'est là justement une des priorités que s'est fixée la FSPJ, en particulier via son projet easyvote.

Cet outil est considéré par les jeunes eux-mêmes comme la source favorite d'information, qui offre des produits considérés par les sondés comme "particulièrement utiles, motivants et compréhensibles", écrit la FSPJ. Cette évaluation montre qu'easyvote est sur la bonne voie avec son approche visant à encourager l'intérêt politique et à informer les jeunes de manière simple, compréhensible et neutre sur des thèmes politiques.

Berne en fait assez

La FSPJ publie son sondage au lendemain du rejet à près de deux contre un par le Conseil national d'un postulat réclamant la recherche de nouvelles mesures pour renforcer l'éducation à la citoyenneté. La participation politique des jeunes est suffisamment encouragée, a répondu le Conseil fédéral.

La Confédération soutient plusieurs projets pour encourager cette participation des jeunes et des portails Internet existent aussi à leur attention. Selon le chancelier de la Confédération Walter Thurnherr, de nouvelles initiatives sont superflues.

La problématique du manque de participation politique des jeunes n'est pas résolue, a au contraire justifié le motionnaire Mathias Reynard (PS/VS). Il faut en priorité améliorer l'éducation à la citoyenneté en premier lieu, car elle varie beaucoup selon le professeur, l'école et la région linguistique.

ATS

 Toute l'actu en bref