Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Eric Cottier note qu'il y a peut-être eu une confusion "ici ou là" entre les termes "arrêtée", "appréhendée" ou "interpellée" (archives).

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

Aucune trace d'explosif n'a été trouvée lors des opérations menées contre des terroristes présumés le week-end dernier dans le canton de Vaud, indique mercredi le Ministère public de la Confédération. Il précise que les personnes arrêtées sont des hommes.

Interrogé par l'ats, le Ministère public de la Confédération (MPC) complète sa prise de position au lendemain des révélations sur cette affaire. "Aucune trace d'explosif n'a été trouvée jusqu'ici". Il ajoute que "les trois personnes arrêtées vendredi et samedi sont des hommes."

"Pour les personnes arrêtées, il s'agit de trois hommes", déclare également le procureur général du canton de Vaud Eric Cottier à l'ats. "En ce qui concerne la femme, elle a bien été interpellée et appréhendée à Aubonne, et entendue avant d'être relâchée", ajoute-t-il.

Termes confus

Eric Cottier note qu'il y a peut-être eu une confusion "ici ou là" entre les termes "arrêtée", "appréhendée" ou "interpellée". Lors de la révélation de l'affaire, il était question d'un couple arrêté samedi sur un parking de centre commercial à Aubonne (VD) précédé la veille d'une autre arrestation, à Lausanne selon plusieurs médias.

Dans sa communication, le MPC souligne "que rien ne justifie l'alarmisme, bien qu'il faille rester vigilant". Au niveau suisse, environ 60 procédures pénales sont pendantes dans le domaine du terrorisme à motif djihadiste, une grande partie concernant cependant la propagande sur internet.

ATS