Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La police espagnole a perquisitionné vendredi au siège d'une fondation du parti du président indépendantiste de Catalogne, Artur Mas, pour des soupçons de corruption. Cette action intervient un mois avant des élections centrées sur les revendications indépendantistes.

Cette opération anticorruption a déjà débouché en juillet sur l'arrestation du chef d'entreprise catalan Jordi Sumarroca Claverol, fils d'un des fondateurs du parti conservateur CDC de M. Mas. La police soupçonne une entreprise de la famille Sumarroca d'avoir "payé 3% de commissions en échange de l'obtention de marchés publics", selon une source judiciaire.

Vendredi, les agents de la Guardia Civil ont perquisitionné à Barcelone au siège de la fondation liée au CDC ainsi qu'au domicile de son ancien trésorier, Daniel Ósacar, lui-même soupçonné d'être impliqué dans d'autres affaires de corruption, a-t-on appris de source proche de l'enquête. Ils ont également saisi des documents dans quatre mairies administrées par CDC.

Commissions occultes

La fondation liée au parti d'Artur Mas est soupçonnée d'avoir "touché des commissions de 3% des entreprises qui se voyaient attribuer des contrats par des mairies gérées par le parti CDC", a indiqué une source judiciaire.

Cette opération a eu lieu quelques heures avant le premier grand acte de précampagne de la coalition indépendantiste "Junts pel sí" (Ensemble pour le oui), formée par le CDC, des partis de gauche et des organisation de la société civile.

Cette liste présente le scrutin du 27 septembre comme une sorte de plébiscite pour ou contre l'indépendance qui lui permettrait si elle obtenait une majorité de sièges au parlement régional, de lancer un processus de sécession en 18 mois.

Argent caché en Suisse

Premier parti de Catalogne depuis 1980, CDC est déjà éclaboussé par différentes affaires de corruption. Son fondateur Jordi Pujol a lui-même été rattrapé l'an dernier, à 84 ans, par un retentissant scandale de corruption et de fraude fiscale. Il a reconnu publiquement avoir caché pendant trente ans une partie de sa fortune à l'étranger, notamment en Suisse et au Liechtenstein.

La multiplication des enquêtes coïncide avec l'épreuve de force entre Madrid et Barcelone depuis qu'Artur Mas fait campagne pour l'indépendance de la Catalogne.

ATS