Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La compagnie australienne Qantas a annoncé dimanche qu'elle allait distribuer 100'000 billets gratuits afin de regagner les faveurs de ses clients. Ce geste intervient après l'immobilisation de toute sa flotte pendant deux jours dans le cadre d'un conflit social, qui a écorné sa réputation.

Engagé dans un bras-de-fer interminable avec les syndicats au sujet de la restructuration de la compagnie, son directeur, Alan Joyce, avait décidé le 29 octobre de clouer au sol tous ses avions. Conséquence, 70'000 clients se sont retrouvés bloqués dans une vingtaine d'aéroports en Asie, en Europe et aux Etats-Unis.

Alan Joyce a offert dimanche à ces passagers un aller-retour sur un vol intérieur ou sur une liaison Australie-Nouvelle-Zélande, une opération dont le coût est estimé à 20 millions de dollars australiens (18,5 millions de francs).

Tribunal d'arbitrage

Le gouvernement, inquiet des retombées économiques de l'immobilisation de la flotte de Qantas dans un pays très dépendant du transport aérien et du tourisme, avait saisi un tribunal d'arbitrage. Celui-ci a ordonné le 30 octobre, après audition des parties, la fin du lock-out, et l'arrêt du mouvement de grève et du boycottage des heures supplémentaires mené par les syndicats.

"Maintenant qu'aucun mouvement social ne peut avoir lieu et que la menace d'une nouvelle grève a été levée, nous pouvons nous concentrer sur ce qui est important pour les clients: les amener à leur destination en toute sécurité, à l'heure et de manière confortable, et récompenser leur loyauté à Qantas", a déclaré dimanche le patron de la compagnie.

Utilisables deux ans

"Cette offre de tickets est une des initiatives que nous allons lancer, pour présenter nos excuses alors que nous avançons vers une période de stabilité", a-t-il ajouté.

Les tickets sont utilisables pendant deux ans, à partir du 14 décembre prochain, et cette offre est rendue publique via des pages de publicité dans les journaux qui demandent aux clients de "voler avec nous, à nos frais".

ATS