Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le leader suisse de l'optique Visilab a réalisé en 2011 un chiffre d'affaires de 202 millions de francs, en baisse de 4% par rapport à l'année record 2010. En dépit du franc fort et de l'arrêt du remboursement des lunettes par l'assurance de base, le groupe genevois a accru sa part de marché à 25%.

"Une performance plutôt bonne au regard de l'ensemble de la branche en repli de 10%", a déclaré mercredi le patron de Visilab Daniel Mori devant la presse à Zurich. Après un exercice 2010 qualifié d'exceptionnel à 211 millions de francs, la baisse était donc annoncée.

Une évolution que l'enseigne, dépendante de fournisseurs européens, met sur le compte de la cherté du franc. "Pour rester compétitif, il serait souhaitable que la Banque nationale suisse relève le taux plancher de 1,20 à 1,40 franc par rapport à l'euro", estime le directeur général et initiateur des lunettes en 1 heure.

Côté demande, Visilab a aussi fait les frais de la suppression en janvier 2011 du remboursement des lunettes optiques par l'assurance maladie de base. "Les gens ont compris qu'il n'y aurait plus du tout de participation. Nous nous efforçons de les informer qu'ils restent couverts par leur assurance complémentaire".

Rabais pour les jeunes

La mesure contestée, touchant aux lunettes pour enfants, est d'ailleurs en révision au Parlement, rappelle Daniel Mori. En attendant la décision du Conseil des Etats, l'enseigne continuera de proposer un rabais annuel de 180 francs pour tout achat de lunettes aux jeunes clients jusqu'à 18 ans.

En dépit d'un contexte "déstabilisant", la filiale du groupe genevois Pharmacie Principale Holding, actif dans le domaine de la santé depuis 1912, a poursuivi l'an dernier son expansion. Présente dans 46 villes, elle compte désormais 89 points de vente (+2) et 831 collaborateurs (+30).

"Nous sommes tellement dépendants de l'Europe qu'il devient périlleux de faire des prévisions", commente Daniel Mori, par ailleurs membre de la famille propriétaire du Groupe PP Holding, qui table sur un croissance de 1% pour l'année en cours.

ATS