Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

France Télécom avance visiblement dans les négociations portant sur la vente de sa filiale suisse, Orange. Si tout se passe bien, le troisième opérateur de télécommunications en Suisse devrait dévoiler l'identité de son nouveau propriétaire avant la fin de l'année, a indiqué mardi son patron, Thomas Sieber.

Il y a plusieurs intéressés dans différentes directions, a précisé M. Sieber, lors d'une rencontre de la branche à Zurich. La réorientation d'Orange constitue une chance pour l'entreprise qui est bien positionnée. "En octobre, notre chiffre d'affaires a crû de 7%, une croissance qui ne va pas tout à fait de soi sur le marché suisse. De plus, Orange dégage des profits et est à ce titre attractif pour un nouvel actionnaire", a-t-il ajouté.

Parmi les intéressés cités dans la presse, figurent les sociétés d'investissement dans des entreprises non cotées (Private Equity) Apax Partners et Providence. Le milliardaire et homme politique égyptien Naguib Sawiris, ex-patron d'Orascom, tout comme le Français Xavier Niel, seraient également sur les rangs. M. Sieber n'a pour sa part mentionné aucun nom.

Toujours selon des articles de presse, France Télécom estime le prix d'Orange entre 1,5 et 2 milliards d'euros (soit entre 1,85 et 2,45 milliards de francs). Les observateurs de la branche estiment toutefois que le financement de l'acquisition d'Orange pourrait poser problème au vu du contexte de la crise de la dette en Europe et de la réticence des banques d'octroyer d'importants prêts.

Fusion refusée

Pour mémoire, Orange Suisse, dont le siège se trouve à Renens (VD), avait projeté une fusion avec Sunrise, le deuxième opérateur helvétique derrière Swisscom. Mais le projet avait dû être abandonné en mai 2010, suite au refus de la Commission de la concurrence (COMCO).

Le gendarme de la concurrence avait fait valoir que le duo constitué par Orange-Sunrise et Swisscom aurait empêché toute concurrence effective.

ATS