Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les fidèles du diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg ont attendu plus de treize mois leur nouvel évêque. La cérémonie d'ordination de Mgr Charles Morerod dimanche à Fribourg a d'autant plus été empreinte de ferveur et d'émotion.

Un long cortège de près de 300 prêtres et une quarantaine d'évêques et de cardinaux ont accompagné le nouvel évêque à la cathédrale St-Nicolas. Ce dernier a été salué par des gardes suisses et trois coups de canon.

A son passage, une petite foule l'a applaudi. La plupart des fidèles s'étaient déjà empressés d'entrer dans les églises, afin d'être sûrs d'avoir une place: ceux qui n'en ont pas trouvé à la cathédrale, ont en effet pu suivre la cérémonie sur grand écran dans deux autres églises, également pleines à craquer.

De nombreuses personnalités se sont jointes à la cérémonie. Les membres du gouvernement fribourgeois, ainsi que les conseillers d'Etat vaudois Philippe Leuba, neuchâtelois Jean Studer et genevois Charles Beer et une dizaine de conseillers nationaux.

Bras en croix

Un moment particulièrement fort a été celui où le futur évêque s'est prosterné, les bras en croix, sur le sol. Pendant de longs moments, il est resté recueilli, alors que s'égrenait la litanie des saints et que crépitaient les flashs des nombreux photographes.

Il s'est ensuite agenouillé et a été accueilli dans la communauté des évêques: chacun d'eux lui a posé les mains sur la tête, sans un mot, et dans un recueillement évident. Le cardinal fribourgeois Georges Cottier, qui a présidé l'ordination, lui a ensuite remis l'Evangile, ainsi que les signes de sa charge, soit l'anneau, la mitre et la crosse.

Les fidèles attendent un évêque proche des gens et de leurs préoccupations, un évêque jetant sur les grandes questions de notre époque, une lumière de spiritualité, de générosité et d'humanisme, a dit le président du Conseil d'Etat, Erwin Jutzet, parlant au nom des gouvernements fribourgeois, vaudois, neuchâtelois et genevois. Avant d'affirmer: "Je suis sûr que vous serez cet évêque".

ATS