Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les cantons pourront prendre plus facilement des mesures pour juguler les effectifs de loups, de lynx, de castors et autres ours. Malgré les critiques de tous bords, le Conseil fédéral a décidé mercredi de mettre en vigueur au 15 juillet l'ordonnance sur la chasse révisée.

Le nouveau texte "apporte les bases d'une cohabitation avec la faune sauvage répondant aux besoins actuels", justifie l'Office fédéral de l'environnement. Si la Suisse est riche en animaux sauvages, elle est aussi victime des dommages et des conflits qu'ils causent.

L'ordonnance vise donc à "prévenir les effets négatifs et à trouver le juste équilibre entre protection et utilisation". Moyennant le feu vert de la Confédération, les cantons pourront réguler les effectifs des lynx, loups et castors s'ils menacent fortement les infrastructures, causent des dommages importants au bétail ou réduisent exagérément les effectifs de gibier.

Nouveau concept loup

La Confédération ne délivrera l'autorisation que si la diversité des espèces ne s'en trouve pas menacée. Mais le Conseil fédéral a renoncé à définir précisément la taille des effectifs ou l'importance des dommages.

Ces questions devraient continuer d'être réglées dans les différentes conceptions nationales, comme les plans de gestion du loup et du lynx. Celles-ci peuvent être plus facilement adaptées qu'une ordonnance. Le concept du loup est actuellement en révision. Le Parlement veut s'inspirer du modèle français et introduire en Suisse des "tirs de défense et de prélèvement" contre le loup.

Le tir de défense permet aux éleveurs d'abattre les loups causant des dommages aux troupeau. Le tir de prélèvement autorise la suppression d'un certain pourcentage de loups afin de maintenir l'accroissement des populations régionales dans des limites jugées acceptables.

Le castor disposera lui aussi bientôt d'un plan de gestion. Ce rongeur protégé peut menacer la sécurité des infrastructures par les cavités qu'il creuse ou les barrages qu'il construit. Le canton de Berne autorise d'ailleurs son abattage dans le Seeland depuis 2010.

ATS