Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Orell Füssli a dégagé un bénéfice net de 4 millions de francs au 1er semestre 2015, contre une perte d'autant voici un an. Le chiffre d'affaires du groupe zurichois, actif dans l'impression de billets de banque et l'édition, a crû de près de 8% à 141,5 millions.

La division Security Printing a contribué à la bonne performance, souligne jeudi Orell Füssli dans un communiqué. Les initiatives prises l'an passé et les nouveaux équipements ont permis de réaliser de gros progrès dans l'unité spécialisée dans la fabrication de billets de banque, de documents et systèmes d'identification et de sécurité.

Au niveau du groupe, le résultat opérationnel avant intérêts et impôts (EBIT) s'est nettement amélioré à 7,5 millions de francs, contre un trou de 4 millions un an plus tôt. Le bénéfice net avant minoritaires s'établit, lui, à 4,5 millions, après une perte sèche de 3,7 millions.

Recul aux Etats-Unis

Compte tenu de la vente de sa participation dans Sofha, Atlantic Zeiser a vu ses recettes se tasser de 28% à 27,1 millions de francs. La filiale allemande active dans la numérisation des billets de banque ainsi que les cartes et emballages codés a pâti, d'une part, des effets de change et, d'autre part, d'un recul de la demande aux Etats-Unis, son principal marché.

Remise sur les rails, Security Printing a en revanche fait bondir ses ventes sur six mois à 67,2 millions de francs, contre 40,6 millions à juin 2014. Côté opérationnel, l'EBIT s'est hissé à 9,3 millions, après un débours de 3,3 millions voici douze mois.

Confiant pour 2015

Dans la librairie, les ventes ont reculé à 43 millions de francs (48,3 millions au premier semestre 2014) tandis que la perte EBIT s'est creusée à 1,9 million. L'activité souffre du recul généralisé d'environ 5% sur le marché suisse du livre, accentué par l'abolition du taux plancher, signale la société.

Dans l'édition également, son métier d'origine depuis le 16e siècle, les recettes se sont tassées de 10%. Au prochain semestre, le principal défi pour Orell Füssli sera d'augmenter les ventes dans le secteur public, indique-t-il.

Confiant dans les progrès de Security Printing, la direction table sur une nette amélioration du bénéfice net par rapport à 2014, année à l'issue de laquelle le groupe avait retrouvé les chiffres noirs. Dans la librairie, les ventes de Noël seront décisives.

ATS