Navigation

Ouverture d'une enquête pour "troubles massifs" à Moscou

Une procédure pour "organisation de troubles massifs" peut aboutir à des peines atteignant 15 ans de prison (archives). KEYSTONE/AP/ALEXANDER ZEMLIANICHENKO sda-ats
Ce contenu a été publié le 30 juillet 2019 - 19:01
(Keystone-ATS)

La justice russe a annoncé mardi avoir ouvert une enquête pour "troubles massifs" après une manifestation de l'opposition fermement réprimée par la police samedi à Moscou. Le rassemblement s'est soldé par près de 1400 arrestations.

Une procédure pour "organisation de troubles massifs" peut aboutir à des peines atteignant 15 ans de prison. "Les enquêteurs ont déterminé qu'un groupe de personnes avait diffusé à la veille de la manifestation non autorisée des appels sur internet à y participer, admettant sciemment que ces actions pouvaient mener à des troubles massifs", a écrit le Comité d'enquête russe dans un communiqué.

Les enquêteurs accusent les manifestants de "violation grossière de l'ordre public, de violences contre les forces de l'ordre" et aussi d'avoir samedi brisé le cordon de sécurité mis en place par la police sur le boulevard périphérique qui ceinture le centre de Moscou, "paralysant" ainsi la circulation. Le Comité d'enquête a également annoncé l'ouverture de procédures pénales contre des manifestants pour "violences contre les forces de l'ordre".

Le Parquet russe a appelé de son côté mardi à réagir "avec sévérité" aux manifestations non autorisées. Une nouvelle action de protestation de l'opposition se prépare pour samedi prochain à Moscou. Elle risque d'être elle aussi interdite par les autorités.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article