Toute l'actu en bref

Les premiers citoyens de Moutier se sont rendus aux urnes vendredi en fin d'après-midi.

(sda-ats)

Les Prévôtois ont commencé à se rendre aux urnes vendredi en fin d'après-midi pour décider du sort cantonal de leur ville. Les citoyens ont glissé leur vote pour ou contre le rattachement au canton du Jura sous le regard de trois observateurs de la Confédération.

A 17h00 précises, les agents de sécurité de la ville ont ouvert les portes du bureau de vote à la dizaine de citoyens qui attendaient depuis quelques instants. Les premières minutes se sont déroulées dans une ambiance très calme. Aucune cohue et aucune file d'attente ne s'est formée. L'ambiance est bien plus calme qu'à d'autres scrutins, a dit à l'ats le chancelier municipal Christian Vaquin.

Les mesures pour éviter les irrégularités sont exceptionnelles en raison de l'importance de ce scrutin hautement émotionnel. Dans la salle, outre les trois observateurs de l'Office fédéral de la justice (OFJ) - ils seront sept à se relayer jusqu'à dimanche, se trouvaient des agents de la police cantonale, les membres de la sécurité municipale ainsi que deux agents d'une société privée.

Au même moment, quelques dizaines d'autonomistes étaient réunis en vieille ville pour un apéro organisé par le comité "Moutier, ville jurassienne". Ils devaient ensuite se rendre ensemble au bureau de vote.

Bureau déplacé

Exceptionnellement, le bureau de vote est déplacé de l'Hôtel-de-Ville à la Societ'halle, la salle des sociétés. L'urne y sera encore accessible samedi matin et samedi en fin de journée ainsi que dimanche de 10h00 à 12h00.

Les citoyens de Moutier ont aussi pu voter par correspondance jusqu'à vendredi. Ces bulletins contenus dans des urnes scellées ont été acheminées à l'adresse de l'OFJ à Berne pour assurer un traitement irréprochable. Ils seront rapatriés à Moutier dimanche après la fermeture du bureau de vote pour le dépouillement.

De l'avis de tous les observateurs, le résultat des urnes s'annonce très serré. Le choix des Prévôtois doit constituer l'épilogue de la Question jurassienne. Un recours à l'issue du vote contre le résultat reste possible dans un camp comme dans l'autre même si personne ne souhaite que le conflit jurassien ne se déplace devant les tribunaux.

La préfecture du Jura bernois doit encore examiner trois recours déposés par des opposants au départ de Moutier pour le Jura. Ils concernent notamment l'attitude des autorités autonomistes au cours de la campagne. Ces recours seront examinés après le vote.

La tension monte

Si la campagne en vue du vote du 18 juin avait démarré de façon timorée, les esprits se sont échauffés ces derniers jours avec des accusations de propagande et de tricherie formulées tant par les partisans du non que ceux du oui sur les réseaux sociaux.

A 48 heures du vote, des inconnus ont partiellement repeint dans la nuit de jeudi à vendredi l'écusson jurassien qui surplombe la cité prévôtoise. La crosse jurassienne et les lettres du mot "oui" ont disparu sous trois bandeaux de couleur, blanc, bleu et rouge, a constaté l'ats.

En revanche, les bandes représentant les sept districts du Jura historique n'ont pas été barbouillées. Ce symbole qui figure sur les hauteurs de Moutier a déjà été barbouillé ou recouvert de peinture à plusieurs reprises au cours des dernières années. La crosse jurassienne s'était aussi transformée en croix suisse.

ATS

 Toute l'actu en bref