Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La justice argentine a inculpé mercredi 28 personnes, dont 19 policiers, pour leur responsabilité présumée dans la mort de cinq jeunes lors d'un concert de musique électronique samedi dernier à Buenos Aires. Ils auraient ingéré des drogues synthétiques.

Cinq autres "clubbers" ont été hospitalisés dans un état grave dans la capitale argentine pour intoxication. Le juge fédéral Sebastian Casanello a donné suite à la demande du procureur Federico Delgado, chargé de l'enquête sur cette fête qui s'est déroulée dans la nuit de vendredi à samedi, et qui estime que les policiers ont "fermé les yeux" sur la vente de stupéfiants pendant l'événement.

Les policiers "n'ont pour le moins pas appliqué les contrôles préventifs qu'implique leur fonction et ont agi de manière coordonnée avec les agents de sécurité privée qui se trouvaient à l'intérieur du site", a précisé le juge dans une note publiée par le centre d'information judiciaire.

Six des 19 policiers inculpés ont été démis de leurs fonctions. Parmi les autres personnes mises en examen figurent plusieurs responsables de la sécurité, des chefs d'entreprises et trois inspecteurs communaux.

En fuite

Le président de la société Dell Producciones, qui organisait cette fête Time Warp dans un hangarde la Costa Salguero, était toujours en fuite mercredi, alors qu'un mandat d'arrêt a été délivré contre lui. D'après les premiers éléments de l'enquête, un dealer a vendu des pastilles contenant diverses drogues, provoquant des "overdoses". La fête a continué ensuite après l'évacuation en ambulances des victimes.

Les cinq morts, quatre Argentins et un Uruguayen, avaient entre 21 et 25 ans. Ils participaient régulièrement à des soirées électroniques.

Comme des sandwiches

"Les cachets se vendaient comme des sandwiches dans un stade de football", s'est alarmé le procureur Delgado. Il a estimé que l'eau a manqué durant la fête, que la ventilation était insuffisante et que les spectateurs étaient entassés les uns sur les autres. "Au fur et à mesure que les gens avaient besoin de s'hydrater, le prix des bouteilles d'eau augmentait", a-t-il encore fait remarquer.

Time Warp avait prévu un deuxième concert le lendemain, finalement annulé. Le parlement communal de la capitale argentine a interdit jusqu'à nouvel ordre les fêtes de musique électronique.

ATS