Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Haye - Près de 2000 personnes se sont déclarées victimes d'abus sexuels et de mauvais traitements dans des institutions pour mineurs gérées par l'Eglise catholique aux Pays-Bas. Elles ont pu le faire dans le cadre d'une vaste enquête remontant à 1945.
Une commission spéciale formée à la demande de la conférence épiscopale néerlandaise a permis de recenser 1975 cas. Ce chiffre révélé jeudi place les Pays-Bas juste derrière l'Irlande dans le scandale de la pédophilie qui ébranle l'Eglise catholique depuis plusieurs années.
Le président de la commission, le protestant Wim Deetman, ancien ministre de l'Education et maire de Rotterdam, a déclaré qu'il ne comprenait pas la raison de ce phénomène.
Concernant d'éventuelles pressions sur la hiérarchie auxquelles cette enquête pourrait aboutir, Deetman a jugé qu'il était trop tôt pour en débattre. "Nous verrons à la fin de l'année prochaine après des discussions avec de nombreux interlocuteurs", a-t-il dit.
Wim Deetman a appelé l'Eglise à mettre en place un système efficace d'indemnisation financière et à créer une organisation spéciale d'aide aux victimes. Si nécessaire, la hiérarchie pourrait également devoir prendre des sanctions contre les auteurs d'abus sexuels. "Nous avons une liste et nous discutons avec certains d'entre eux", a déclaré le président de la commission.
L'Eglise catholique néerlandaise a longtemps géré de nombreux internats, tandis que l'ordre salésien s'est occupé de la scolarisation des garçons issus de familles pauvres. Elle a commencé à fermer ses écoles dans les années 1970.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS