Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les relayeuses suisses ont manqué leur rendez-vous aux Mondiaux de Pékin. Elles ont été sorties en séries du 4 x 100 m à la suite d'un dernier passage raté entre Mujinga Kambundji et Sarah Atcho.

Dans cette mésaventure, elles ont probablement égaré les trois ou quatre dixièmes qui leur auraient permis de décrocher la qualification pour la finale qui leur tendait les bras.

La déception est grande pour le quatuor (Marisa Lavanchy, Lea Sprunger, Mujinga Kambundji, Sarah Atcho), surtout que cette élimination survient un an après le très douloureux échec de l'Euro zurichois, où Kambundji avait perdu le bâton dès le départ de la finale. Cette fois, la Bernoise courait en 3e position et a déboulé en position favorable à la sortie du virage pour transmettre à Atcho. Mais les deux jeunes femmes se sont mal comprises. "J'ai cru qu'elle me criait top, en fait, elle me disait 'stop'", a raconté Atcho. "Quand j'ai cru entendre 'top', j'ai tendu le bras pour recevoir le témoin, mais rien n'est venu. Je suis restée comme suspendue en l'air un moment, par peur aussi de mordre la ligne et de me retrouver disqualifiée."

Quand elle s'est finalement élancée, la gracile Lausannoise et son équipe avaient déjà perdu. Le train était parti. Pourtant, jamais une grande finale n'avait paru aussi accessible aux relayeuses, depuis qu'elles tutoient l'élite, soit 2011 et les Mondiaux de Daegu. Mais pas plus en Corée du Sud qu'aux JO de Londres en 2012 et aux Mondiaux de Moscou en 2013, elle n'auront eu la joie d'accéder au top 8 planétaire. La différence, par rapport aux éditions précédentes, est que le coup était vraiment jouable cette fois. Dernière qualifiée, la Russie a passé le cap en 43''09, un temps quinze centièmes plus lent que le record de Suisse. Les Suissesses finissent au 13e rang en 43''38, loin de leur record national d'Athletissima 2014 (42''94).

ATS