Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Zhang Yesui a affirmé dimanche que la Chine était prête à riposter face aux mesures de Donald Trump.

KEYSTONE/AP/NG HAN GUAN

(sda-ats)

La Chine ne "veut pas de guerre commerciale" mais ne restera pas sans réagir face aux menaces américaines contre ses exportations. C'est le message lancé dimanche par Pékin dans une ferme mise en garde aux velléités protectionnistes de Donald Trump.

Le président américain a provoqué un tollé international en annonçant une forte taxation des importations américaines d'acier et d'aluminium, puis en menaçant de "taxes réciproques" les partenaires commerciaux des Etats-Unis qui réagiraient avec des mesures comparables.

Pour la première fois depuis ces attaques, Pékin a agité ouvertement dimanche de possibles représailles.

"La Chine ne veut pas d'une guerre commerciale avec les Etats-Unis", a certes noté Zhang Yesui, porte-parole de l'Assemblée nationale populaire (ANP), chambre d'enregistrement du régime communiste. "Mais s'ils prennent des mesures nuisant aux intérêts chinois, nous ne resterons absolument pas les bras croisés", a-t-il martelé devant la presse, lors d'une conférence avant la session annuelle plénière du Parlement.

Engrenage

La Chine est de loin le principal producteur mondial d'acier et d'aluminium, mais elle ne fournit qu'une infime partie des importations américaines dans ces secteurs. Elle ne serait donc que marginalement affectée par ces nouvelles taxes.

Mais à l'heure où Washington multiplie les enquêtes et droits antidumping contre le géant asiatique dans de nombreux domaines, des machines à laver aux panneaux solaires, M. Zhang s'alarme d'un engrenage incontrôlable.

"Il est crucial pour chacun de percevoir clairement et objectivement les intentions stratégiques de l'autre partie. Des décisions fondées sur des erreurs de jugement ou des hypothèses erronées peuvent avoir des conséquences qu'aucun des deux pays ne désire", a-t-il insisté.

Pékin a prévenu à maintes reprises ces derniers mois qu'il prendrait les "mesures nécessaires" pour défendre ses entreprises face à l'abus de "décisions protectionnistes" de Washington.

Les autorités chinoises ont notamment ouvert une enquête antidumping sur le sorgho américain et n'excluent pas de cibler les exportations massives de soja des Etats-Unis.

Chercher la coopération

Liu He, proche conseiller du président chinois Xi Jinping, était cette semaine à Washington pour tenter de remettre sur les rails les relations économiques entre les deux puissances. Mais les annonces de M. Trump sont intervenues durant cette visite, comme un camouflet pour le régime communiste.

Pour autant, M. Liu et les responsables américains qu'il a rencontrés "se sont accordés sur le fait que les deux pays doivent résoudre leurs différends commerciaux par la coopération plutôt que la confrontation", assure l'agence étatique Chine nouvelle.

Le dialogue devrait se poursuivre "prochainement à Pékin", a déclaré Zhang Yesui dimanche.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS