Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Pékin appelle au calme et refuse de condamner Pyongyang

Seogwipo - Pressée par ses voisins d'adopter une position plus ferme vis-à-vis de la Corée du Nord, qui est accusée d'avoir torpillé un navire sud-coréen, la Chine n'a pas durci sa position. Elle a au contraire appelé à l'apaisement des tensions dans la péninsule.
"La tâche urgente maintenant, c'est de dissiper l'impact de l'incident du Cheonan, apaiser progressivement les tensions et surtout éviter l'affrontement", a déclaré le premier ministre chinois Wen Jiabao, aux côtés de son homologue japonais Yukio Hatoyama et du président sud-coréen Lee Myung-bak.
"Sans paix ni stabilité dans la péninsule coréenne, le développement de l'Asie de l'Est est impossible", a-t-il ajouté à l'issue d'un sommet réunissant les trois pays à Seogwipo, en Corée du Sud.
La visite de M. Wen intervient alors que Séoul recherchait le soutien de la Chine à sa démarche en vue de sanctions du Conseil de sécurité de l'ONU contre la Corée du Nord. La Corée du Sud et le Japon accusent Pyongyang, allié traditionnel de Pékin, d'avoir provoqué le naufrage de la corvette "Cheonan" qui a coûté la vie à 46 marins le 26 mars.
S'il a présenté ses condoléances pour la mort des marins, M. Wen s'est refusé à citer nommément la Corée du Nord. "La Chine communiquera activement avec les parties concernées et contribuera à aider à promouvoir la paix et la stabilité dans la région, ce qui correspond au mieux de nos intérêts communs à long terme", a encore déclaré M. Wen.
La Corée du Sud a annoncé des représailles contre le Nord, qui a promis de répliquer en déclenchant "une guerre généralisée" en cas de nouvelles sanctions. Pyongyang a démenti toute responsabilité dans l'incident, l'un des plus graves militairement depuis l'armistice de la guerre de Corée en 1953.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.