Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Chine lancera le "module de base" de sa première station spatiale en 2018, dans le cadre de son projet de station permanente qui devrait entrer en service aux alentours de 2022. Ce module-clé sera appelé "Tianhe-1", terme chinois pour "galaxie" ou "Voie lactée".

"Deux laboratoires spatiaux seront envoyés ultérieurement et s'arrimeront au module de base 'Tianhe-1'", a précisé jeudi Wang Zhongyang, porte-parole de la société China Aerospace Science and Technology. "Si la station spatiale internationale (ISS), dont la durée d'activité a été prolongée, cesse d'être en 2024, la nouvelle station spatiale chinoise sera la seule opérationnelle dans l'espace", a-t-il ajouté.

Lors d'une mission spatiale en 2013, trois spationautes (taïkonautes) chinois ont passé 15 jours en orbite et se sont arrimés à un laboratoire spatial expérimental, Tiangong-1 (Palais céleste). Cette année, la Chine lancera le Tiangong-2, puis le vaisseau spatial Shenzhou-11, qui emportera dans l'espace deux astronautes et s'arrimera au laboratoire Tiangong-2.

L'an prochain, le premier vaisseau cargo chinois, Tianzhou-1, effectuera une tentative d'arrimage avec Tiangong-2, a encore précisé l'agence. La Chine prévoit également de se doter d'un téléscope spatial comparable à Hubble, qui "se trouvera sur une structure spatiale distincte", a expliqué le porte-parole.

ATS