Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le 24 septembre 2015, lors du précédent pèlerinage à La Mecque, une gigantesque bousculade avait coûté la vie à au moins 2297 fidèles.

KEYSTONE/EPA/STR

(sda-ats)

L'Arabie saoudite a commencé à équiper les pèlerins de La Mecque d'un bracelet d'identification. Une mesure encore loin d'être systématique mais qui rassure certains, un an après la bousculade ayant fait quelque 2300 morts lors du pèlerinage.

Ryad affirme avoir amélioré l'organisation et renforcé la sécurité du grand pèlerinage musulman annuel, qui s'ouvre samedi et lors duquel deux millions de fidèles sont attendus.

La mesure phare que la presse saoudienne évoquait depuis plusieurs mois était le recours à des bracelets électroniques.

Ces bracelets de papier plastifié et comportant un code-barre lisible par téléphone intelligent fournissent l'identité, la nationalité, le lieu d'hébergement du pèlerin à La Mecque, le contact des responsables du groupe auquel il appartient, ainsi que toutes les informations enregistrées lors de l'attribution de son visa, a expliqué Issa Rawas, vice-secrétaire du ministère du hadj.

Equiper tous les pélerins

"Le but est d'équiper tous les pélerins" venant de l'étranger, soit plus de 1,4 million de fidèles, poursuit-il, sans toutefois préciser le nombre de bracelets déjà délivrés.

Dans la foule qui défile jour et nuit dans la Grande mosquée et aux alentours, des journalistes de l'AFP ont vu de nombreux pèlerins équipés de bracelets.

Mais certains sont en réalité fournis par des agences de voyage et ne comportent pas les informations enregistrées par les bracelets du ministère.

Bousculade de 2015

Le 24 septembre 2015, lors du précédent pèlerinage à La Mecque, une gigantesque bousculade avait coûté la vie à au moins 2297 fidèles, selon des données compilées à partir de bilans fournis par des gouvernements étrangers. Certains avaient eu des difficultés à identifier les victimes.

Les autorités saoudiennes en étaient restées à un bilan de 769 morts pour ce drame, le plus meurtrier de l'histoire du hadj.

"Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il y a eu d'énormes ratés en terme d'organisation" l'an dernier, constate Jane Kinninmont, du centre d'études Chatham House à Londres. Mais "il y a eu des améliorations au niveau des infrastructures et les Saoudiens vont assurément tenter d'améliorer aussi la logistique", dit-elle.

Selon l'experte, le hadj "est une énorme opération logistique et l'Arabie saoudite sait qu'elle doit la mener avec succès en raison de son importance sur les plans religieux et économique".

Manifestations à Téhéran

Des milliers d'Iraniens ont manifesté vendredi à Téhéran contre l'Arabie saoudite après leur exclusion du grand pèlerinage musulman de La Mecque, le hajj, en raison des tensions grandissantes entre les deux pays.

Quelque 64'000 Iraniens, qui devaient participer à partir de samedi au hajj, ne pourront pas accomplir ce pèlerinage à la suite de l'échec des négociations entre les deux grandes puissances régionales rivales.

Ce sera la première fois depuis presque trois décennies que les Iraniens ne participeront pas au hajj, l'un des cinq piliers de l'islam.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS