Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La pénurie de médicaments contre des cancers mortels est en train de devenir un sujet politique. Alors que la Ligue suisse contre le cancer tire la sonnette d'alarme, la Confédération annonce qu'elle étudie des mesures. Plusieurs pays européens sont concernés.

Dans un communiqué diffusé mercredi, la Ligue suisse contre le cancer demande que des mesures urgentes soient prises pour assurer durablement l'accès aux médicaments. Les pharmaciens d'hôpitaux et les oncologues sont de plus en plus nombreux à dénoncer le manque et seules des voies détournées permettent parfois de se procurer certains médicaments.

Cette pénurie est d'autant plus grave que la vie des patients concernés dépend souvent de ces médicaments, souligne la Ligue. C'est pourquoi elle demande au Conseil fédéral de prendre, en étroite collaboration avec l'industrie pharmaceutique, des mesures pour garantir la production et la distribution de ces médicaments de manière durable.

Globalisation en cause

"Si l'on veut changer quelque chose, il faut changer les lois en vigueur", déclare Daniel Lüthi, porte-parole de l'Institut suisse des produits thérapeutiques (Swissmedic), interrogé par l'ats. La pénurie de plusieurs médicaments, connue depuis un certain temps, est entre autres une conséquence de la globalisation. Elle est causée par le marché mondial.

"Les autorités ne peuvent pas faire grand chose pour la sécurité de l'approvisionnement. Dans une économie de marché libre, les entreprises peuvent décider elle-même de ce qu'elles produisent ou non", ajoute le porte-parole de Swissmedic. "Notre marge de manoeuvre est très limitée dans ce domaine".

"Sur mandat du gouvernement, les autorités fédérales concernées sont déjà en train de soutenir les cantons pour tenter de trouver des solutions", explique Eva van Beek, porte-parole de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), interrogée par l'ats. Il s'agit aussi notamment d'observer l'évolution sur le plan international.

ATS