Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les pénuries d'électricité et les pandémies constituent les principaux risques qui pèsent sur la population suisse en 2015. Le Conseil fédéral a pris connaissance mercredi d'un rapport qui recense et analyse 33 menaces et situations d'urgence.

Une pénurie de courant grave et de longue durée arrive en tête de liste. Elle serait synonyme d'un approvisionnement en électricité de 30% durant plusieurs mois en hiver, ce qui porterait sérieusement préjudice à la population et à l'économie en général.

L'Office fédéral de la protection de la population a estimé ses coûts à plus de 100 milliards de francs. La fréquence d'occurrence est évaluée à tous les 30 à 100 ans.

La pandémie représente le deuxième danger le plus important. Sa fréquence s'inscrit dans la fourchette de la pénurie d'électricité, tandis que ses conséquences financières se situent entre 70 et 80 milliards de francs.

Canicule

Les menaces suivantes, classées par niveau de dangerosité, sont également d'envergure: canicule, séisme, panne d'électricité régionale, tempête, panne affectant les technologies de l'information et de la communication, afflux de réfugiés, chute d'aéronef ou de satellite, épizootie.

L'Office fédéral de la protection de la population a en outre actualisé le concept de protection d'urgence en cas d'accident dans une centrale nucléaire. Les modifications portent notamment sur un point: "le reste de la Suisse" a été ajouté comme zone 3 aux deux zones prioritaires qui se situent dans un rayon de 5 km, respectivement 20 km autour des centrales. Cette aire sert à planifier des actions de protection, à l'image de la distribution des comprimés d'iode.

ATS