Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Trois personnes ont été tuées et au moins 55 autres blessées au Pérou mercredi lors de violents heurts entre la police et des mineurs à Puerto Maldonado (est). Ces violences montrent les difficultés de l'Etat à juguler le secteur des mines artisanales ou clandestines dans l'est amazonien.

"Nous déplorons la mort de trois civils de 41, 46 et 30 ans", a déclaré le ministre de l'Intérieur Daniel Lozada sur la radio RPP. Dix-sept policiers figurent parmi les blessés et environ 60 personnes ont été arrêtées, a-t-il ajouté.

Au moins un des morts a été tué par balles, et cinq blessés ont également été atteints par des tirs dont l'origine n'a pas été précisée, selon l'office du Défenseur des droits.

Batailles dans les rues

Puerto Maldonado, la capitale de 100'000 habitants de la province de Madre de Dios près du Brésil, a été le théâtre de heurts et de batailles de rues dès l'aube, lorsque plusieurs milliers de manifestants ont tenté d'occuper l'aéroport et de bloquer des routes, érigeant des barricades enflammées, selon les autorités locales.

Dans les rues de la ville, des mineurs ont ensuite affronté à coups de pierres, de bâtons et de projectiles divers les policiers qui ont répliqué notamment avec des gaz lacrymogènes.

Le président de la province, Luis Aguirre, a fait état de quelque 10'000 manifestants dans et autour de Puerto Maldonado, qui est restée paralysée mercredi.

Les mineurs protestent depuis 10 jours contre une série de décrets cherchant à réglementer le secteur minier aurifère, qui va des petites mines plus ou moins formalisées aux mines totalement clandestines, qui abattent des arbres et draguent des rivières sans le moindre contrôle.

ATS