Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Au moins 26 personnes ont péri et une dizaine ont été blessées samedi dans l'incendie d'un centre de réhabilitation pour toxicomanes. Ce foyer fonctionnait apparemment de manière clandestine dans la grande banlieue de Lima.

L'incendie, qui aurait été causé par un matelas qui a pris feu en raison d'un des pensionnaires après une bagarre, a piégé à l'heure du petit déjeuner plusieurs dizaines de jeunes enfermés dans le centre à San Juan de Lurigancho, un faubourg populaire à l'est de la capitale péruvienne.

"L'incendie s'est ensuite étendu sans que personne ne puisse l'éteindre", a déclaré le commandant des pompiers. La plupart des victimes sont mortes par asphyxie.

Construction négligée

Le feu, avant d'être maîtrisé, n'a ravagé que le rez-de-chaussée de l'immeuble de deux étages, une construction de briques manifestement bâclée ou mal finie. Mais c'est au rez-de-chaussée que se trouvaient la majorité des pensionnaires, de jeunes drogués et alcooliques.

Plusieurs se sont sauvés en sautant du premier étage. Près de cinq heures après le sinistre, des familles erraient encore aux abords du centre, entre angoisse et colère, dans l'espoir d'obtenir des nouvelles d'un de leurs proches.

La municipalité de San Juan de Lurigancho a indiqué que le centre avait été fermé à deux reprises au moins par le passé, car "il n'avait ni les conditions minimales ni l'espace suffisant pour un centre d'hébergement (...)".

ATS