Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Pétition de 6600 signatures remise au Conseil fédéral, manifestation devant le Palais fédéral: les employés de la Confédération craignent un démantèlement de leurs salaires et de leurs emplois et le font savoir. Les fronts devraient se durcir.

Quelque 500 personnes étaient en ordre de marche mercredi à Berne pour aller remettre une pétition munie de 6600 signatures au Conseil fédéral, a constaté l'ats sur place. Les manifestants étaient munis de pancartes, de ballons et d'écharpes dénonçant le démantèlement de leurs emplois et de leurs salaires.

Le Conseil fédéral a annoncé récemment un programme d'économies touchant l'administration. Des coupes à hauteur de 165 millions devraient être faites dans le domaine du personnel, dès 2017. Gel et progression des salaires ralentie, suppressions de postes et fin de la contribution patronale pour la rente transitoire AVS sont notamment prévus.

"Ce programme frappe très durement les jeunes employées et employés et les bas salaires", a déclaré devant les médias peu avant le début de la manifestation Maria Bernasconi, secrétaire général de l'Association du personnel de la Confédération (APC).

Dénigrement

De plus, la manière de faire passe mal, car il n'y a eu aucune négociation entre le Conseil fédéral et les représentants des employés de l'administration, dit la future retraitée du Conseil national (PS/GE). "Le partenariat social a été foulé aux pieds."

Le personnel fédéral est également sous le feu des critiques des médias et des partis bourgeois: il serait tire-au-flanc et ennemi de l'économie privée. "Cette campagne de dénigrement se double d'une vague d'interventions parlementaires appelant à des coupes radicales", poursuit Maria Bernasconi.

Dernier exemple en date, une motion du Conseil des Etats demandait un plafonnement à 35'000 postes à temps plein dans l'administration fédérale (ils sont quelque 38'000 aujourd'hui), arguant qu'entre 2007 et 2014, les effectifs ont augmenté de 2665 emplois à plein temps (+8,3%). La commission des finances du National a toutefois demandé au plénum d'enterrer ce projet.

Aberration

L'administration est au service du Parlement et du Conseil fédéral. Rien qu'en 2015, elle a dû traiter un bon millier d'interventions, a rappelé de son côté André Eicher, secrétaire central de Garanto, syndicat des garde-frontières, fortement représenté parmi les manifestants.

On ne peut pas faire plus avec moins. Fermer des douanes en pleine crise migratoire est par exemple une aberration, a renchéri Mme Bernasconi.

Les fronts devraient dans tous les cas continuer de se durcir. Si les relations avec la ministre des finances Eveline Widmer-Schlumpf étaient "bonnes", le résultat des dernières élections fédérales, qui ont vu l'UDC et le PLR progresser au National, ainsi que la possible reprise du Département des finances par un conseiller fédéral UDC inquiètent Mme Bernasconi.

Mobilisation difficile

"La pression du Parlement pour réaliser de nouvelles économies sera encore plus forte." Il faudra dès lors que les associations du personnel se renforcent. Car la mobilisation au sein de l'administration est parfois difficile, reconnaît-elle.

"Il est clair qu'il est plus compliqué de mobiliser un haut fonctionnaire fédéral ou un juriste du Secrétariat d'Etat aux migrations. Nous n'avons pas la même capacité et la même habitude des luttes syndicales que le secteur de la construction", indique-t-elle encore.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS