Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Quinze insurgés présumés ont été tués lundi avant l'aube par les tirs d'un drone américain, dans les zones tribales du nord-ouest du Pakistan. Les attaques de ces avions sans pilote s'intensifient depuis la conférence de l'OTAN à Chicago le mois dernier.

Deux missiles ont été tirés sur une base de rebelles, dans la région de Mir Ali, à 25 km à l'est de Miranshah, la capitale de la région du Waziristan du nord, près de la frontière afghane, ont indiqué des responsables de la sécurité.

"Quinze rebelles ont été tués dans des tirs effectués avant l'aube, sur une base (de rebelles). Il est impossible d'identifier les corps", a déclaré un responsable de la sécurité à Miranshah. Selon lui, des informations font état d'étrangers tués dans cette attaque, mais le responsable n'était pas en mesure de le confirmer.

Accélération des tirs

Cette attaque est une nouvelle preuve de l'accélération des tirs de drones américains, depuis la conférence de l'OTAN consacrée à l'Afghanistan, en mai à Chicago. Il s'agit de la huitième attaque depuis cette conférence.

Dimanche, cinq insurgés présumés, dont un commandant, ont été tués au Waziristan du sud. La veille, trois autres rebelles présumés sont morts dans des tirs de drone, dans la même région. Et le 28 mai, neuf rebelles sont morts dans le Waziristan du nord.

Les zones tribales, frontalières avec l'Afghanistan, en particulier les Waziristans du Sud et du Nord, sont la base arrière des talibans afghans, notamment du réseau Haqqani, bête noire des soldats américains de la force de l'OTAN de l'autre côté de la frontière.

Le Pakistan et les Etats-Unis tentent actuellement d'améliorer une grave crise dans leurs relations apparue l'année dernière à la suite du raid secret américain au cours duquel Oussama Ben Laden a été tué, et d'attaques aériennes qui ont causé la mort de 24 soldats pakistanais.

ATS