Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Genève - L'inquiétude sur les risques d'épidémies grandisse au Pakistan, frappé par les pires inondations en 80 ans qui ont fait plus de 1200 morts et 2,5 million de sinistrés. Et alors que les autorités s'efforcent de venir en aide aux victimes, elles sont surtout très critiquées.
Des précipitations exceptionnelles liées à la mousson ont provoqué des inondations et des glissements de terrain, emporté des milliers d'habitations et dévasté des terres agricoles dans l'une des régions les plus pauvres du Pakistan. Une zone déjà en proie aux violences attribuées aux talibans et aux mouvements liés à Al-Qaïda.
"Selon des sources officielles, les inondations ont tué plus de 1100 personnes au Pakistan et ont affecté jusqu'à 2,5 millions de personnes dans tout le pays depuis la semaine dernière", a annoncé le CICR dans un communiqué. Un porte-parole de la plus importante association caritative du pays évoque au moins 1256 décès, le district de Swat étant le plus endeuillé avec 475 morts.
Les autorités ont mis en garde contre la propagation du choléra et de gastro-entérites en raison d'un manque d'eau potable. Elles ont précisé que des évacuations médicales de sinistrés étaient en cours dans le district de Swat, théâtre l'été dernier d'une vaste offensive de l'armée contre les talibans.
Difficulté d'accès
"Nous estimons qu'environ 100'000 personnes, des enfants pour la plupart, ont été touchées par le choléra et des maladies gastriques", a déclaré le ministre de la Santé de la province de Khyber Pakhtunkhwa (nord-ouest).
Il a ajouté que des équipes médicales avaient été envoyées par hélicoptère dans les régions coupées par les inondations. L'ONU a déclaré lundi que ses travailleurs humanitaires peinaient à accéder aux zones inondées où ponts et routes ont été détruits.
Des centaines de sinistrés ont rejoint des abris de fortune à Peshawar, grande ville du nord-ouest peuplée de trois millions d'habitants, et à Muzaffarabad, capitale du Cachemire pakistanais où au moins 53 personnes sont mortes, selon les autorités locales. Au total, près de 30'000 habitations ont été endommagées.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS