Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Pakistan a annoncé samedi qu'il allait reconsidérer tous ses accords avec Washington et l'OTAN, notamment dans les domaines diplomatique, militaire et du renseignement. Il a pris cette décision à la suite de la pire bavure des Occidentaux au Pakistan en dix ans, qui a provoqué la mort de 26 militaires.

A l'issue d'une réunion extraordinaire de ses principaux responsables, le gouvernement pakistanais a par ailleurs ordonné aux Américains de se retirer dans les 15 jours de la base aérienne de Shamsi, située dans le sud-ouest du Pakistan. Il a également fermé toutes les voies d'approvisionnement de l'OTAN en Afghanistan à partir de son territoire.

Les ministres et les chefs les plus importants de l'armée ont participé à la réunion de samedi du Comité de défense du gouvernement (DCC) sous la présidence du Premier ministre Yousuf Raza Gilani, a précisé le bureau de ce dernier.

Le Pakistan a accusé l'Alliance atlantique d'avoir tué jusqu'à 26 militaires pakistanais dans une attaque samedi avant l'aube à l'intérieur d'une des zones tribales, principale base arrière des rebelles talibans et d'Al-Qaïda, qui attaquent régulièrement l'OTAN sur le sol afghan.

"Attaque délibérée"

Dénonçant "une grave infraction à la souveraineté du Pakistan et une violation des lois internationales", le Premier ministre Yousuf Raza Gilani a protesté "dans les termes les plus vifs" auprès de l'OTAN et des Etats-Unis, qui dirigent l'Isaf et lui fournissent les deux tiers de ses troupes.

M. Gilani a interrompu son week-end pour regagner Islamabad et s'y entretenir avec le président Asif Ali Zardari et les dirigeants de la très puissante armée qui a dénoncé une attaque "délibérée" et "inacceptable".

Le ministre de l'Information Firdous Ashiq Awan a de son côté estimé que cette attaque allait renforcer le sentiment antiaméricain chez ses compatriotes.

ATS