Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'accident d'avion de ligne pakistanais qui a fait 127 morts vendredi près d'Islamabad a été causé par la mauvaise météo, a assuré samedi son propriétaire, la compagnie privée Bhoja Air. Celle-ci a écarté tout problème technique sur cet appareil vieux de près de trente ans.

"Il n'y a eu aucun problème technique, c'est à cause de la mauvaise météo" a déclaré un responsable de Bhoja Air, à propos de cet accident qui a eu lieu sous un violent orage en fin d'après-midi.

"L'avion avait décollé de l'aéroport de Karachi après avoir reçu l'autorisation de l'Aviation civile pakistanaise (CAA), qui lui avait également donné le feu vert pour atterrir à l'aéroport d'Islamabad", a-t-il ajouté.

Aucune chance de survie

Le Boeing 737-200 de Bhoja Airlines avait 28 ans et été racheté par Bhoja à une compagnie sud-africaine, a indiqué un responsable de la CAA sous couvert d'anonymat.

"L'appareil était vieux et de seconde main mais cela n'est pas inhabituel. La compagnie publique pakistanaise PIA utilise également de vieux appareils. Les compagnies aériennes ont rarement des appareils tout neufs", a répondu le responsable de Bhoja Air.

L'avion s'est écrasé dans une zone agricole à quelques kilomètres de l'aéroport, explosant sous le choc avant de s'enflammer, ne laissant selon les témoins aucune chance de survie aux personnes qui se trouvaient à bord.

Difficultés financières en 2000

Bhoja Air avait repris en mars ses vols intérieurs entre Islamabad et Karachi avec plusieurs Boeing 737 et prévoyait de desservir prochainement d'autres grandes villes du pays telles Sukkur, au sud du pays, Multan, au centre, et Lahore à l'est.

La compagnie avait été contrainte par l'autorité pakistanaise de l'aviation civile à suspendre ses vols en 2000 en raison de difficultés financières.

En juillet 2010, un Airbus A321 de la compagnie privée locale Airblue s'était écrasé sur les collines de Margalla, à proximité d'Islamabad, causant la mort des 152 personnes à bord, alors qu'il pleuvait et que la visibilité sur la capitale était très réduite.

ATS