Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Genève - Le nombre de Pakistanais affectés par des inondations sans précédent depuis 80 ans a dépassé jeudi les quatre millions. Une partie fuyaient leurs villages dans le centre et le sud du pays, touchés à leur tour par les pluies torrentielles qui ont déjà dévasté le nord-ouest en tuant 1600 personnes.
Un envoyé spécial de l'ONU, le diplomate français Jean-Maurice Ripert, a commencé dans la journée à évaluer la situation et les besoins des victimes des inondations, les pires au Pakistan depuis 80 ans.
Une semaine après le début de la crise, la communauté internationale craint une crise alimentaire majeure chez les victimes des pluies torrentielles qui ont dévasté les villages et terres agricoles, tuant au passage plus de 1600 personnes, d'abord dans le nord-ouest avant de gagner le centre et le sud.
"Plus de quatre millions de personnes sont affectées d'une manière ou d'une autre" par les inondations et glissements de terrain dus à la mousson, a expliqué le chef du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha) au Pakistan, Manuel Bessler.
"Ce à quoi nous assistons actuellement est une catastrophe majeure", a-t-il insisté, disant craindre que la situation ne s'aggrave, la saison de la mousson ne se terminant habituellement que fin août.
Accalmie dans le nord-ouest
Dans le nord-ouest, les responsables locaux annonçaient une accalmie dans les pluies et une baisse du niveau des eaux. L'attention s'est déplacée sur les autres provinces, plus peuplées, du Pendjab (centre) et du Sindh (sud), où sont craintes désormais des catastrophes similaires.
Dans le Sindh, les autorités annonçaient de fortes pluies pour samedi et dimanche dans la région agricole fertile de Katcha, le long de la rivière Hindus, ajoutant que 5000 personnes avaient été évacuées.
"Si les eaux continuent de monter, il y a un risque qu'elles menacent sérieusement le barrage de Sukkur", a précisé de son côté un porte-parole du Bureau de l'ONU pour les affaires humanitaires, Maurizio Giuliano.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS