Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les forces de sécurité pakistanaises continuaient dimanche la démolition de la maison d'Abbottabad dans laquelle l'ancien chef d'Al-Qaïda Oussama Ben Laden a été tué en mai 2011 par un commando américain. Cette mesure a été lancée conjointement avec les autorités locales.

Selon des habitants d'Abbottabad, la villa, dont l'accès était fermé depuis le raid américain, est entourée de nombreux militaires et d'au moins cinq grues de chantier.

"Après être arrivés sur place, ils ont bouclé la ville de toutes parts et ont empêché les habitants d'entrer ou de sortir du secteur", a rapporté un résident.

"Ils ont installé de puissants éclairages autour du bâtiment et ont commencé par abattre les murs d'enceinte. Tous les environs étaient bouclés, et il n'y a pas de médias sur place", a-t-il ajouté.

Dix ans de fuite

La nuit du 2 mai 2011, des commandos héliportés de l'US Navy ont pris d'assaut la résidence, au dernier étage de laquelle ils ont trouvé le leader d'Al-Qaïda, en fuite depuis dix ans, et l'ont abattu de plusieurs tirs dans la poitrine et la tête.

Après avoir abandonné sur place l'un de leurs hélicoptères, trop endommagé pour redécoller, les militaires américains sont repartis en emportant la dépouille d'Oussama Ben Laden, par la suite inhumée en mer dans l'océan Indien.

L'armée pakistanaise a reconnu n'avoir à aucun moment eu connaissance de l'opération et Islamabad a réagi avec colère en dénonçant une violation de sa souveraineté.

ATS