Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un adolescent pakistanais s'est tué en se jetant sous un train après avoir été kidnappé et violé et alors que la police n'a pas pris en compte son témoignage, a rapporté son père samedi. Il a ajouté que les policiers s'étaient moqués de son fils.

"Un groupe de trois hommes est allé chercher mon fils dans son magasin de meubles pour qu'il répare une porte. Mais ils l'ont violé chez eux pendant deux jours et l'ont ensuite jeté sur la route", a raconté Muhammad Iqbal. "Il s'est suicidé après que la police a refusé d'enregistrer sa plainte", a-t-il dénoncé.

Muhammad Ikram, 14 ans, est mort vendredi après s'être jeté sur les rails à l'approche d'un train. Il travaillait dans un magasin de meubles du district de Rahim Yar Khan, dans la province du Pendjab où a récemment éclaté un autre scandale de viols sur enfants pouvant concerner 280 jeunes, pour la plupart âgés de moins de 14 ans.

Agressions largement impunies

L'avocat des victimes avait alors pointé du doigt le "soutien" de la police envers les auteurs des agressions, largement impunies.

Dans le cas de Muhammad Ikram, les autorités ont reconnu que le policier approché par la victime et son père, à Khanpur, s'était "montré réticent à enregistrer" la plainte. "Il a été suspendu pour négligence", a indiqué Tariq Mastoi, un officier de la police locale.

"Un des accusés dans cette affaire a été arrêté après prise en compte formelle de la plainte", a-t-il ajouté.

Route bloquée

Les proches du jeune garçon se sont immédiatement mobilisés en sa faveur après le drame, portant son corps et bloquant une route en signe de protestation. La route a été rouverte une fois la famille assurée par les autorités locales que des mesures seraient prises contre les présumés coupables.

Une semaine plus tôt, la classe politique et les médias pakistanais étaient secoués par l'émergence de vidéos sordides, pouvant constituer le plus grand scandale de viols sur enfants de l'histoire du pays, dans lequel 25 individus seraient impliqués.

Les deux chambres du Parlement pakistanais avaient voté à l'unanimité lundi des résolutions condamnant ces viols et requérant une punition exemplaire des coupables.

ATS