Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un homme accusé de profanation du Coran a été brûlé vif par la foule dans le village de Seeta, dans la province pakistanaise du Sindh, dans le sud du pays, a déclaré samedi la police. Ses détracteurs ont forcé les portes du commissariat où l'homme était détenu.

L'homme, un voyageur, avait passé la nuit de jeudi à vendredi dans une mosquée de Seeta, où l'imam a retrouvé des restes carbonisés du livre saint musulman. "Il était seul dans la mosquée durant la nuit, il n'y avait personne d'autre pour faire cette terrible chose", a déclaré l'imam.

Les villageois ont frappé l'homme avant de le remettre aux mains de la police. Mais quelques heures plus tard, une foule estimée à environ 200 personnes a pris d'assaut le commissariat, a traîné le voyageur dehors et l'a brûlé vif, a expliqué Usman Ghani, commissaire de district.

Une trentaine d'arrestations ont été effectuées depuis et sept policiers ont été mis à l'arrêt pour négligence, a-t-il ajouté.

Selon le Center for Research and Security Studies, un centre de recherche pakistanais, 53 personnes accusées de blasphème ont été tuées au Pakistan depuis 1990. Le blasphème y est passible de la peine capitale mais n'est pas spécifiquement défini par la loi.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS