Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Plus de 220 personnes ont été tuées jeudi par l'armée syrienne dans le village de Tremseh, dans la province de Hama, selon des opposants. Ceux-ci réclament au Conseil de sécurité de l'ONU toujours paralysé une résolution contraignante pour mettre fin à ce bain de sang.

Selon des opposants, Tremseh a été bombardée jeudi par des hélicoptères de combat et des chars puis livrée aux "chabiha", les miliciens affiliés au régime de Damas, issu de la minorité chiite alaouite, qui ont massacré des familles affirment les observateurs de l'ONU en Syrie dans un rapport que Reuters a pu consulter vendredi.

Exécutions à l'arme blanche

Le bilan de 220 morts a été fourni par le conseil révolutionnaire de Hama. L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), une autre organisation d'opposants basée en Grande-Bretagne, évoque pour sa part un bilan supérieur à 160 morts dans la province de Hama, dont la plupart à Tremseh.

Une centaine auraient été identifiés, dont plusieurs dizaines de combattants insurgés. Une trentaine de cadavres sont complètement carbonisés, a-t-il dit, ajoutant que des dizaines de personnes ont été "sommairement exécutées", certaines à l'arme blanche ou à coups de bâton.

La journée de vendredi a été marquée par des manifestations, notamment à Damas et à Alep. Les violences ont causé la mort d'au moins 56 personnes, dont 25 civils, 24 soldats et 7 rebelles.

Vision de cauchemar

Les Etats-Unis ont évoqué une vision "de cauchemar", les Occidentaux estimant que la situation sur le terrain imposait plus que jamais la nécessité d'une résolution musclée de l'ONU contre Damas.

Les 15 Etats membres du Conseil de sécurité de l'ONU ont repris vendredi leurs discussions sur un projet de résolution. Avec l'appui de la France, la Grande-Bretagne fait circuler un projet de résolution invoquant le chapitre VII de la charte de l'ONU, qui autorise le recours à la force, pour faire appliquer le plan de paix élaboré par Kofi Annan.

Mais Damas peut compter sur la fidélité de la Russie, qui a réaffirmé qu'elle s'opposerait à tout projet de résolution du Conseil de sécurité.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS