Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Belge Michael Goolaerts, retrouvé inanimé durant Paris-Roubaix, est décédé à l'hôpital de Lille. Il avait été secouru pour "un arrêt cardio-respiratoire" une centaine de kilomètres après le départ.

"Il est mort dimanche soir à 22h40 (...) en présence des membres de sa famille et de ses proches (...) Il est décédé d'un arrêt cardiaque. Toute assistance médicale était inutile", indique dans un communiqué son équipe Vérandas Willems.

Michael Goolaerts (23 ans) avait été retrouvé inanimé sur le deuxième des vingt-neuf secteurs pavés, au sol, les bras en croix, sans autre concurrent à ses côtés. Secouru en urgence pour un arrêt cardio-respiratoire, il avait été héliporté au CHU de Lille. Son pronostic vital était engagé, avait annoncé en début de soirée le bulletin médical de Paris-Roubaix.

Palmarès vierge

Le jeune coureur belge prenait part pour la première fois à Paris-Roubaix, sous le maillot de son équipe Véranda's Willems, une course remportée dimanche par le champion du monde, le Slovaque Peter Sagan, devant le Suisse Silvan Dillier. Michael Goolaerts était passé professionnel en 2014, alors qu'il n'avait même pas 20 ans, dans l'équipe Vérandas Willems.

Mais après un an, il a rejoint la formation espoir de Lotto pour les deux saisons suivantes, avant d'être recruté de nouveau par Vérandas Willems, désormais dirigée par le Belge Nick Nuyens, un ancien vainqueur du Tour des Flandres.

Sans résultat majeur en 2017, le Belge, au gabarit athlétique (1,86 m pour 80 kg) était taillé pour les classiques de pavés. Il avait encore un palmarès vierge de victoire au plus haut niveau, hormis un succès d'étape, en avril 2016, au Tour du Loir-et-Cher, une épreuve de catégorie inférieure.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS