Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La justice française a condamné mercredi le directeur de la publication du site d'extrême droite Riposte laïque. Le Suisse Alain Jean-Mairet devra s'acquitter d'une amende de 5000 euros pour provocation à la haine envers les musulmans.

Cette "diatribe violente" contre les musulmans avait été publiée en octobre dernier. Intitulé "Et si l'islam était le culte de la perversion sexuelle et morale?", le texte avait été signalé au parquet par la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra).

Signé Salem Bennamar, le texte énumérait en introduction une foule d'abjections - "abuser sexuellement d'enfants pré-pubères", "terroriser, racketter, décapiter" - et accusait les "gouvernements occidentaux et musulmans" de silence voire de complicité active.

Limites de la liberté d'expression dépassées

Le tribunal correctionnel de Paris a estimé que "sous couvert d'expliquer les faits qu'il dénonce par la supposée déviance morale de l'islam, l'auteur impute ensuite aux musulmans, de manière explicite, sans aucune réserve et sans distinction entre eux, une perversion morale et des comportements abjects".

Pour les juges, le texte procède à une "stigmatisation généralisée et systématisée des musulmans", en évoquant "leurs supposées 'pratiques zoophiles, pédophiles, incestueuses et nécrophiles, voire démoniaques'".

Loin de se livrer à une critique de l'islam, son auteur "s'adonne à une diatribe violente contre les musulmans, auxquels il prête des perversions inhérentes à leur seule appartenance religieuse", ont estimé les juges. Selon eux, "les propos poursuivis ont amplement excédé les limites admises à la liberté d'expression".

Problème de compétence

Dans un article publié sur son site, Riposte Laïque indique que l'avocat d'Alain Jean-Mairet a fait appel. La défense considérait que la justice française n'était pas compétente pour juger M. Jean-Mairet, présenté comme le président de Riposte laïque Suisse, pays où s'est établi le site internet.

La Cour a toutefois rejeté cet argument, estimant être compétent dès lors que les propos litigieux étaient accessibles en France. Le parquet avait estimé que l'établissement du siège social de l'association en Suisse constitue en fait une manoeuvre pour tenter d'échapper aux poursuites.

Mercredi, le site de l'association renvoyait vers le nom d'un responsable domicilié en Thaïlande, tout en indiquant être basé à Genève. Riposte laïque s'était fait connaître en voulant organiser en juin 2010 un "apéro saucisson-pinard" dans le quartier multiethnique de la Goutte d'Or à Paris, qui a été interdit.

ATS