Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La France a demandé mercredi que toute la lumière soit faite sur les circonstances de l'attaque qui a coûté la vie à un journaliste en Syrie. Gilles Jacquier, grand reporter à France 2, est décédé à Homs. Son caméraman a été légèrement blessé.

L'ambassadeur de France en Syrie, qui doit se rendre à Homs, a demandé au gouvernement syrien que toute l'aide nécessaire soit apportée aux personnes qui accompagnaient le journaliste.

"En mission autorisée"

Gilles Jacquier et son caméraman "étaient en mission autorisée par le gouvernement syrien, pour un reportage destiné au magazine de la rédaction Envoyé spécial", affirme pour sa part France Télévisions.

Selon la télévision syrienne Addounia, le journaliste a trouvé la mort dans une attaque qui a fait au total huit morts et 25 blessés.

Les deux employés de France Télévisions ont été tués lorsqu'un obus est tombé sur un groupe de journalistes près du quartier d'Akrama, a rapporté un photographe de l'AFP présent sur place. Il s'agit du premier journaliste occidental tué en Syrie depuis le début de la révolte contre le régime, le 15 mars.

Habitué des zones de conflit

Gilles Jacquier était grand reporter pour la chaîne française France 2 depuis 1999. Il a en particulier couvert l'Irak, l'Afghanistan, le Kosovo et Israël. Il a réalisé de nombreux reportages pour Envoyé Spécial. Il a débuté à France 3 Lille en 1991, avant de passer à la rédaction nationale de France 3 en 1994.

En 2003, il a obtenu le prestigieux prix Albert Londres avec Bertrand Coq, pour sa couverture durant la deuxième Intifada et l'opération Rempart menée par l'armée israélienne en avril 2002.

ATS