Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les ministres français et allemand de l'Intérieur ont plaidé mardi à Lille pour un renforcement urgent de la coopération entre leurs deux pays, ainsi qu'aux niveaux européen et international, face à la cybercriminalité et au cyberterrorisme. Ils souhaitent notamment lutter contre la "propagande" et le "recrutement" djihadistes via Internet.

"Il est nécessaire que notre riposte soit commune, européenne, internationale. Nous sommes tous confrontés au même défi", a déclaré le ministre français Bernard Cazeneuve, devant le Forum international sur la cybersécurité (FIC). Il a ensuite évoqué les propositions en matière de lutte antiterroriste qui doivent être présentées mercredi au conseil des ministres en France.

Dans la foulée des attentats qui ont fait 17 tués à Paris du 7 au 9 janvier, quelque 1300 cyberattaques islamistes ont été recensées contre des sites internet en France et 25'000 messages haineux ou de soutien aux attentats ont été signalés, selon M. Cazeneuve.

"Adapter notre sécurité à la menace", c'est "un sujet majeur de réflexion parmi les services de renseignement européens", a-t-il aussi ajouté. Le ministre français a souligné combien les groupes djihadistes se servaient d'Internet pour leur "propagande" et leur "recrutement" parmi les personnes "les plus vulnérables" de la société.

"Pousser plus loin" la surveillance

Son homologue allemand Thomas de Maizières a affiché sa volonté de "pousser la coopération beaucoup plus loin" entre les organismes spécialisés dans la surveillance de l'Internet au sein des ministères de l'Intérieur des deux pays.

M. Cazeneuve a affirmé la nécessité d'un compromis avec le Parlement européen sur l'adoption rapide d'une législation sur le registre de passagers des transports aériens, dit PNR ("Passengers Names Record"). Celle-ci est bloquée depuis 2011, en raison des garanties que réclament la majorité des eurodéputés en matière de données personnelles.

Pour trouver un accord, il faudra "donner des garanties que nous sommes capables de trouver cet équilibre" entre respect des libertés individuelles et sécurité et répondre aux préoccupations des parlementaires, selon le ministre français. Thomas de Maizière a jugé de son côté que "ce serait une erreur gravissime que de croire que le PNR n'est pas utile" face à la menace terroriste.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS