Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Pékin - Au premier jour de la visite d'Etat du président français Nicolas Sarkozy en Chine, Paris et Pékin ont convenu mercredi d'ouvrir "une nouvelle page" dans leurs relations. Cette décision survient après des mois de brouille autour de la question du Tibet.
La fanfare de l'armée populaire de libération de la Chine a réservé une surprise au président Nicolas Sarkozy et à son épouse Carla Bruni-Sarkozy. Elle a interprété deux chansons de la Première dame de France, lors d'un dîner d'Etat offert au couple.
Nicolas Sarkozy a entamé à Pékin sa deuxième visite d'Etat en Chine par un entretien avec son homologue chinois Hu Jintao. Le chef d'Etat est accompagné de son épouse Carla Bruni-Sarkozy.
"La visite du président Sarkozy en Chine a ouvert une nouvelle page dans les relations sino-françaises. Nous sommes déterminés à construire un partenariat global stratégique avec la France", a affirmé M. Hu. Il s'exprimait lors d'une déclaration conjointe avec M. Sarkozy devant la presse à l'issue de leur entretien.
De son côté, le président hexagonal n'a eu de cesse d'insister sur l'importance du rôle de la Chine au plan mondial. Il a abordé cette question dans une interview à l'agence officielle Chine nouvelle, puis lors de la déclaration commune avec son homologue chinois.
"J'ai la conviction qu'il n'y a pas de reprise de la croissance sans la stabilité du monde et que la stabilité du monde n'est pas possible sans une implication plus forte de la Chine" sur la scène internationale, a affirmé M. Sarkozy. Selon le président français, "nous avons besoin d'une Chine qui prenne toutes ses responsabilités, toute sa place" dans le monde.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS