Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'affaire de la députée Pauline Queloz a créé des tensions au sein du PDC jurassien (archives).

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

Le député jurassien Yves Gigon ne pourra pas intégrer le groupe UDC au Parlement. Il avait fait cette demande, à la suite de sa démission du groupe PDC en lien avec l'affaire Pauline Queloz.

Pour le Bureau du Parlement, "Yves Gigon a été élu sous la même dénomination de liste que les élus PDC du district de Porrentruy et que, partant, il ne peut dès lors rejoindre un autre groupe que le groupe PDC", indique lundi le secrétariat du Parlement.

Selon l'institution, Yves Gigon ne peut conserver qu’un statut de député indépendant jusqu’à la fin de la législature. Il conserve par ailleurs tous ses droits de parlementaire.

Eventuel recours

"Bien qu’au vu de la législation actuelle l’existence d’une voie de recours contre une telle décision soit incertaine, la Cour constitutionnelle pourrait être saisie d’un éventuel recours et en examiner cas échéant la recevabilité", précise le secrétariat.

Yves Gigon a quitté le groupe parlementaire PDC au début de l'année. Il voulait ainsi s'opposer à l'attitude de son parti durant l'affaire Pauline Queloz et notamment le refus de lever l'immunité des juges cantonaux.

Pauline Queloz, qui briguait la présidence du Parlement, a été soupçonnée d'avoir menti dans le cadre d'un stage, réalisé en vue d'obtenir un brevet d'avocate. Elle a été radiée en juillet des avocats stagiaires pour deux ans.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS