Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les Vaudois se sont déplacés en nombre pour visiter leur nouveau Parlement vendredi à Lausanne.

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

Les Vaudois ont inauguré leur nouveau Parlement vendredi à Lausanne. Le bâtiment reconstruit sur le site de l'ancien législatif sur la colline de la Cité n'a récolté que des louanges. Les députés ont siégé pour la première fois dans la salle des débats flambant neuve.

Malgré les vacances pascales, la quasi-totalité des députés ont participé à la séance. Seuls une petite dizaine s'étaient excusés pour cette session inaugurale.

"Bienvenue et bon retour chez vous", leur a lancé le conseiller d'Etat Pascal Broulis. "C'est avec émotion que je vous ai vu ce matin reprendre enfin le chemin de la Cité, après l'avoir quitté en 2001". Un chemin retrouvé 214 ans exactement après la première séance du Parlement vaudois, a-t-il rappelé.

Volonté d'aboutir

Dans ce projet, "rien ne s'est passé comme prévu", a souligné M.Broulis. Le 14 mai 2002, l'édifice, en rénovation, est détruit par le feu. Puis, il a fallu surmonter la crise des finances cantonales. En 2012, un premier crédit d'ouvrage a été voté, puis un second.

Entre deux, un référendum avait démontré que le forme et la matériau du toit ne convenait pas à la population. C'est la volonté d'aboutir et un élan collectif qui permettent aujourd'hui l'inauguration de ce lieu incarnant la démocratie, a-t-il relevé.

Juger sur pièce et sur place

L'architecte en charge de la construction, Marc Collomb, a dit sa satisfaction de remettre les clés de l'ouvrage au président du Grand Conseil Grégory Devaud. "Désormais on va pouvoir enfin juger sur pièce et sur place", a-t-il déclaré.

Pour marquer cette journée symbolique, les députés ont adopté à l'unanimité une résolution présentée par le bureau du Grand Conseil. Ils ont également reçu une pièce commémorative frappée spécialement pour l'occasion. Le ministre des finances Pascal Broulis et le premier citoyen du canton ont ensuite coupé le ruban.

A la Cathédrale

Une cérémonie s'est ensuite déroulée à la Cathédrale de Lausanne, à laquelle ont participé plus de 1500 invités. Parmi eux, le conseiller fédéral Guy Parmelin, le vice-président du Conseil des Etats Yvo Bischofberger, le premier vice-président du Conseil national, Dominique de Buman, des élus nationaux et communaux, des anciens députés.

Après le message des Eglises, le président du Conseil d'Etat Pierre-Yves Maillard s'est réjoui de ce que la salle Perregaux renaisse de ses cendres. "Ce renouveau est fondé sur des choix politiques clairs et assurés, sur un dynamisme durable", a-t-il déclaré.

Le canton de Vaud renoue avec sa vocation et son histoire. "Souhaitons que ce Parlement soit un lieu d'invention et de solutions", a-t-il espéré.

Ecrin admiré

Les invités ont ensuite pu visiter le nouvel écrin du législatif. "Magnifique, superbe": les réflexions admiratives ont fusé. Pour le conseiller fédéral et ancien député vaudois Guy Parmelin, la construction est "vraiment une réussite", alliant fonctionnalité, modernité et histoire. "Les députés auront du plaisir à y siéger", a-t-il auguré.

L'ancien conseiller d'Etat vaudois François Marthaler, en charge du dossier à ses débuts, a jugé très bonne la façon dont sont alliées modernité et histoire dans le bâtiment. Petit bémol, selon lui, le toit en métal aurait été préférable à un pseudo toit traditionnel.

Quant au municipal lausannois Pierre-Antoine Hildbrand, ancien co-président du comité référendaire, il a estimé que le compromis trouvé était bon. "L'intégration de la silhouette du bâtiment dans la Cité est réussie", a-t-il estimé.

Symbolique

Organisées dans l'après-midi, les portes ouvertes ont connu un grand succès. L'affluence a été énorme, les Vaudois se sont déplacés malgré le jour férié, selon des informations du canton.

Les autorités ont choisi la date du 14 avril, qui coïncide cette année avec le Vendredi saint, pour cette inauguration. Hautement symbolique, elle fait référence à l'entrée du canton de Vaud dans la Confédération suisse et à la première séance du Grand Conseil du 14 avril 1803.

Le coût des travaux s'est monté à 25,6 millions. Les travaux de reconstruction ont duré plus de trois ans.

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

ATS