Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Cristina Garcia fait partie des dizaines de femmes ayant dénoncé un schéma de harcèlement sexuel au Parlement de Californie (archives).

KEYSTONE/AP/RICH PEDRONCELLI

(sda-ats)

Une parlementaire californienne, accusée d'avoir attrapé les fesses d'un assistant parlementaire contre son gré, s'est mise en congé vendredi. Cette démocrate fait partie des dizaines de femmes ayant dénoncé un schéma de harcèlement sexuel au Parlement de Sacramento.

"Je suis certaine de ne pas avoir fait ce dont je suis accusée", mais "toute accusation de harcèlement sexuel doit être considérée sérieusement et je pense que les élus doivent particulièrement être tenus à des normes de comportement" strictes, a écrit vendredi Cristina Garcia dans un communiqué.

"Je me mets donc immédiatement en congés sans solde de ma fonction à l'assemblée de Californie", dans l'ouest des Etats-Unis. Implorant la commission des règlements de l'assemblée de mener une enquête rapide, elle dit espérer revenir au plus vite au travail.

Un assistant a déclaré à Politico qu'en 2014, lorsqu'il travaillait pour le député californien Ian Calderon, Mme Garcia, qui semblait ivre, a commencé à lui caresser le dos après un événement entre parlementaires à Sacramento, puis lui a attrapé les fesses et a tenté de toucher son entrejambe avant qu'il ne se dégage d'elle et parte.

Un lobbyiste, qui n'a pas donné son nom, a pour sa part rapporté à Politico que lors d'une soirée de levée de fonds en mai 2017, la parlementaire démocrate lui avait fait des avances avec des mots crus, avait tenté de lui attraper l'entrejambe, semblant également en état d'ébriété.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS