Toute l'actu en bref

Les Turcs de Suisse pouvaient voter pendant deux semaines dans leur consulat (ici à Zurich) ou à l'ambassade à Berne (archives).

KEYSTONE/ENNIO LEANZA

(sda-ats)

Le vote anticipé des Turcs de l'étranger pour le référendum du 16 avril s'est terminé dimanche soir. En Suisse, la participation a atteint 57,14%, soit nettement plus que lors des élections législatives de 2015 (50,58%).

Selon les derniers chiffres officiels, 54'436 des 95'263 électeurs inscrits en Suisse ont voté du 27 mars au 9 avril. Un membre du consulat général de Genève, contacté lundi par l'ats, rappelle que les électeurs turcs de l'étranger peuvent encore aller voter aux douanes turques jusqu'au 16 avril compris.

Dans le décompte fourni lundi par l'ambassade turque à Berne, 10'212 personnes se sont déplacées à la mission principale, 9286 au consulat général de Genève et 31'443 à celui de Zurich pour déposer leur enveloppe dans les urnes. A ce total de 50'941 votants s'ajoutent les quelque 3500 Turcs inscrits en Suisse, mais qui ont voté aux douanes turques.

Des observateurs du Parti de la justice et du développement (AKP, au pouvoir) et des deux principales formations d'opposition, le Parti démocratique du peuple (HDP, prokurde) et le Parti républicain du peuple (CHP, social démocrate), étaient chargés de veiller au bon déroulement dans chaque bureau de vote.

Attente au soleil

A Zurich, l'affluence était forte dimanche, et la file d'attente serpentait sous le soleil devant le consulat général, selon des images de la chaîne alémanique SRF.

A Genève ce week-end, "tout le monde a pu voter sans trop attendre", a expliqué le représentant du consulat général. "Durant la semaine, des gens attendaient même si l'heure de fermeture était passée, et nous sommes restés ouverts", a-t-il ajouté.

Devant les caméras de la RTS, rares étaient toutefois les électeurs qui acceptaient dimanche de dire ce qu'ils avaient voté.

Plus de 1,4 million de votes

Au total, dans le monde, quelque 1,4 million d'électeurs turcs s'étaient prononcés dimanche soir sur près de 3 millions, soit un taux de participation d'un peu plus de 47%. En Allemagne, où la diaspora turque est très importante, ils étaient 696'863 sur 1'430'127, soit près de 49%. La participation en Autriche se montait à 51% des 108'561 électeurs.

Environ 55,3 millions de personnes ont le droit de vote en Turquie. Les Turcs de l'étranger représentent environ 5% de l'électorat total et pourraient jouer un rôle décisif en cas de scrutin serré.

Les résultats seront connus le 16 avril. Ils détermineront si la révision constitutionnelle qui doit renforcer massivement les pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan est acceptée ou non.

Nomination du personnel judiciaire

Le texte prévoit le transfert de l'essentiel du pouvoir exécutif au président Erdogan et lui permettra d'interférer dans l'appareil judiciaire. Il nommera lui-même les ministres et le poste de Premier ministre disparaîtra.

Le président et le parlement choisiront ensemble quatre membres du Haut conseil des juges et procureurs (HSYK), chargé de nommer et de destituer le personnel du système judiciaire. Le parlement en choisira sept membres.

L'état d'urgence pourra être instauré en cas de "soulèvement contre la patrie" ou d'"actions violentes qui mettent la nation (...) en danger de se diviser", d'après l'agence progouvernementale Anadolu. Le président décidera d'imposer ou non l'état d'urgence avant de soumettre la question au parlement, qui pourra alors décider de le raccourcir, le prolonger ou d'y mettre fin.

Le nombre de députés passera de 550 à 600. Les élections législatives se tiendront désormais en même temps que l'élection présidentielle, tous les cinq ans - contre quatre actuellement. L'âge d'éligibilité pour devenir député sera réduit de 25 à 18 ans. Un candidat à la présidentielle devra, lui, être un citoyen turc d'au moins 40 ans et avoir fait des études supérieures.

ATS

 Toute l'actu en bref