Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le grand argentier vaudois Pascal Broulis a présenté lundi son deuxième livre, "L'impôt heureux". Consacré à la fiscalité, l'ouvrage sera envoyé gratuitement à tous les Vaudois qui fêtent leurs 20 ans. Il est également disponible en librairie.

Edité par les éditions Favre et illustré par le Lausannois Joël Freymond, le livre raconte l'impôt par le biais de 150 anecdotes et de quinze morales, a déclaré Pascal Broulis devant la presse. Il n'explique pas comment payer moins ou pas d'impôts, mais révèle comment la fiscalité peut influencer la société par petites touches, a-t-il souligné.

L'impôt sur la barbe institué en Russie par Pierre le Grand en est un exemple. Ou comment Bienne a été francisée, grâce à une exonération dès 1842 pour les familles d'horlogers souvent descendantes de protestants français qui venaient s'y installer.

Le ministre vaudois des finances a voulu un habit léger pour un thème mal aimé et austère. Agrémentés d'illustrations, "les chapitres peuvent se lire de manière indépendante, le lecteur peut y picorer", a-t-il expliqué.

Susciter le débat

"Le but de cet ouvrage est de susciter le débat sur un thème dont on a de la peine à parler", a-t-il relevé. "La fiscalité nous accompagne pourtant tout au long de notre vie. Elle est un facteur d'équilibre et sans elle, pas de démocratie. En échange, le citoyen bénéficie de prestations importantes de sa naissance à sa mort".

"L'impôt doit cependant être multiple et ne pas être utilisé comme une arme. Trop élevé et confiscatoire, il devient intolérable", relève le grand argentier. Citant en exemple la Grèce, il a rappelé que dans ce pays, le seul impôt, la TVA, a passé de 13 à 23% en septembre dernier.

"C'est terrifiant pour le gérant de café et son client, et plus personne ne peut ni ne veut payer", a-t-il relevé. Plus l'impôt est petit et diversifié, plus il est acceptable. C'est le cas en Suisse, où les citoyens peuvent voter et apporter leurs corrections.

ATS