Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Entre le président turc (g.) et Bruxelles, l'entente n'est pas au beau fixe (archives).

KEYSTONE/AP/VIRGINIA MAYO

(sda-ats)

Le président de la Commission européenne a exhorté dimanche la Turquie à respecter les valeurs démocratiques si elle veut entrer un jour dans l'UE. Il réagissait aux propos très durs prononcés la veille par le président turc contre les putschistes de juillet 2016.

"Un an après la tentative de putsch, la main de l'Europe reste tendue", a écrit Jean-Claude Juncker dans une tribune publiée par l'édition dominicale du journal allemand Bild. Les négociations en vue d'une adhésion de la Turquie à l'Union européenne (UE) sont depuis plusieurs années au point mort.

Mais en échange, il est nécessaire "que la Turquie démontre clairement sa volonté d'être européenne et prenne à coeur de manière décidée les valeurs européennes fondamentales", a ajouté M. Juncker. Ses services sont chargés de mener les négociations d'adhésion avec la Turquie.

"Arracher la tête des traîtres"

"Une Union des Droits de l'Homme, de la liberté de la presse et de l'Etat de droit n'est par exemple pas compatible avec le placement en détention à l'isolement pendant des mois de journalistes sans mise en accusation", a ajouté le président de la Commission. Il faisait allusion notamment au cas d'un journaliste germano-turc, Deniz Yücel, accusé par Ankara de soutien au "terrorisme".

La veille, le président turc Recep Tayyip Erdogan avait commémoré le premier anniversaire de la tentative de putsch le visant. Dans un discours au vitriol, il a promis d'"arracher la tête des traîtres".

Ankara a lancé des purges d'une ampleur sans précédent contre les partisans présumés du mouvement du prédicateur Fethullah Gülen, accusé d'être l'instigateur de la tentative de coup d'Etat. Plus de 50'000 personnes ont été arrêtées et plus de 100'000 limogées par vagues successives.

ATS